Jacky Lorenzetti, un entrepreneur aux multiples talents

De nationalité Suisse, Jacky Lorenzetti a tout pour être heureux. Non seulement c’est un homme d’affaires qui a trouvé le bon filon dans l’immobilier, mais aussi le propriétaire du Racing 92, l’un des clubs de rugby à XV de deuxième division francilien.
Rien ne présageait que cet homme d’affaires allait devenir l’un des barons de l’immobilier Franco-suisse de nos jours. Après avoir suivi des études dans une école d’hôtellerie à Lausanne en Suisse, Jacky Lorenzetti s’est lancé dans la création d’une entreprise spécialisée dans la gestion des biens et des transactions immobilières.
Actuellement, il est à la tête du conseil d’administration du groupe TERREIS Immobilier, une société foncière. Son patrimoine est constitué de bureaux de différentes tailles, de murs de commerces et bien d’autres immobiliers commerciaux répartis dans les plus grandes villes. Les transactions immobilières gagnantes, Jacky Lorenzetti les sachent. C’est pour cela qu’il a vendu une grosse partie de ses actions pour 800 millions d’euros et de réinvestir cette somme dans d’autres secteurs.
Jacky Lorenzetti n’est pas uniquement un visage des plus connus dans le milieu de l’immobilier. Son nom est également associé à des domaines viticoles, comme le Châteaux Pédesclau à Pauillac ou encore le Château Lilian Ladouys à Saint-Estèphe. Le plus grand projet immobilier en cours de cet entrepreneur est la construction du stade Aréna à Nanterre, un monument qui saura apporter de la valeur à la ville.

Une passion pour le sport ?
Outre le vin et l’immobilier, Jacky Lorenzetti est aussi un passionné du rugby à XV, c’est pour cette raison qu’il a racheté 60% du capital du club Racing 92 en 2006. En tant que détenteur de la majorité du capital, il est également l’un des investigateurs du développement du club. Non seulement, il a le sens des affaires en matière d’investissement immobilier, mais aussi dans la gestion d’un club de rugby. Aujourd’hui, Jacky Lorenzetti fait partie du collège représentant la ligue nationale de rugby, une nomination qu’il honore pour représenter sa passion.

Débuter votre transaction, voici quelques pistes
Entre autres, il y a de nombreuses façons de réaliser un investissement immobilier et cela pour tous les moyens. À vous de choisir celle qui vous correspond le plus et qui concorde à vos objectifs et à vos moyens.

Il y en a pour toutes les envies et pour tous les budgets. Chaque type de placement possède ses propres avantages et inconvénients. Pour mettre toutes les chances de votre côté de faire un investissement rentable et réussi, il conviendra de vous informer des spécificités du type de placement que vous aurez choisi.

L’achat de la résidence principale

C’est la première chose à laquelle on pense, être propriétaire de la maison où on habite. Plusieurs ménages sont séduits par cette idée, principalement avec les différents avantages qu’il offre du point de vue fiscalité. Toutefois ce n’est pas un excellent choix pour tout le monde. Il faut attendre un certain nombre d’années pour que cela soit avantageux. Cela ne correspond donc pas à la situation de tous, particulièrement dans un monde où les déménagements pour des raisons professionnelles ou familiales sont de plus en plus fréquents.

Achat d’un logement ancien et location vide classique
La 2ème solution d’investissement d’un bien immobilier la plus populaire est l’achat d’un logement ancien, pour le mettre par la suite en location. Vous recevrez des loyers qui viennent rentabiliser la transaction. Il est aussi possible d’effectuer une plus-value au moment où vous cédez ce logement dans quelques années si l’évolution des prix dans la pierre vous a été favorable durant cette période. Aujourd’hui avec des prix dans la pierre qui restent élevés, il est n’est pas facile d’escompter de manière certaine la réalisation d’une plus-value. Le but c’est avant tout de réaliser une bonne profitabilité locative de votre investissement. Ce n’est donc pas forcément là que vous trouverez les meilleurs rendements pour votre argent, notamment par rapport à des placements plus sûrs et qui demandent beaucoup moins d’efforts comme une bonne assurance-vie. Néanmoins, le placement appartement locatif garde l’avantage d’être l’un des seuls placements qui peuvent se faire à crédit. Ce qui peut faire pencher votre choix sur ce type de transaction, surtout en ce moment-ci où les taux des  biens immobiliers sont très bas.

Concevoir du déficit foncier en rénovant un logement ancien
Pour ceux qui veulent réduire leur niveau d’imposition tout en se constituant un patrimoine immobilier, il est possible d’acheter de vieux logements qui demandent d’importants travaux de rénovation et de remise aux normes. Cela permet ainsi de faire en sorte que les frais liés à cet investissement soient beaucoup plus importants que les loyers perçus pour la location de ce bien. On parle alors d’une création d’un déficit foncier. Il pourra être déduit de vos autres revenus pour réduire vos impôts ; soit l’année de la réalisation soit sur les années suivantes. En outre, les biens à vendre avec beaucoup de travaux se vendent plus difficilement. Il sera donc possible de les avoir à un bon prix et de bien négocier. Un investissement intéressant pour ceux qui veulent réduire leur revenu imposable de référence et qui sont de bons bricoleurs ou ont un bon réseau d’artisan pour effectuer les travaux.

Devenir loueur en meublé non professionnel
Après l’investissement d’un bien dit en location vide (ou nue), il est aussi possible de faire louer une maison meublée. Ce qui signifie que c’est vous en tant que propriétaire bailleur qui allez équiper l’appartement ou la maison de manière suffisante pour qu’une famille puisse y habiter. Ce type d’immobilier locatif possède ses propres spécificités. Un bail de location ne se fait que sur une durée d’un an et son délai de préavis est systématiquement réduit à 1 mois. L’avantage pour l’investisseur avec une location meublée est un système fiscal plus attractif que sur une location vide. On parle dans ce cas d’un Louer en Meublé Non Professionnel (LMNP).

Le loueur en Meublé Professionnel (LMP)
Pour ceux qui veulent généraliser les investissements en location meublée et en générer des revenus importants, il existe le statut du Loueur en Meublé Professionnel. Il faut également dans ce cas remplir d’autres conditions comme le fait que les revenus des logements meublés doivent représenter au moins 50 % des revenus de votre foyer fiscal. L’investisseur devra également s’enregistrer auprès du registre du commerce et des sociétés en qualité de LMP. L’un des avantages de ce statut est que les biens immobiliers loués en meublé font alors partie du patrimoine professionnel et ne sont donc plus comptabilisés dans votre patrimoine en ce qui concerne l’impôt de solidarité sur la fortune, l’ISF.

Mettre en location son parking ou son garage
Pas assez d’argent à placer son argent pour un studio ou un appartement plus grand ? Pas envie de vous embêter avec les différents tracas du propriétaire bailleur ? Privilégiez l’investissement dans des places de parking dans des endroits qui en manquent. Cela peut aussi bien être un box ou un garage. Ce type de biens immobiliers ne demande pas (ou très peu) d’entretiens et se loue très facilement. Vous pouvez en acheter pour quelques milliers d’euros. Dans certaines villes, la rentabilité est assez importante sur les parkings. En plus, c’est un investissement immobilier qui est exonéré d’impôt sur la plus-value si le montant de la vente ne dépasse pas 15 000 €. Cela peut être l’idéal pour commencer doucement dans un premier investissement locatif et la constitution d’un patrimoine immobilier.

Faire de l’investissement en viager
Le viager est un système de transaction immobilière très particulier. Vous achetez un bien en ne payant qu’une soulte (une partie du prix du logement) puis en versant une rente tous les mois jusqu’à ce que le vendeur décède et que ce bien immobilier vous revient entièrement. Pour le vendeur, cela lui permet d’être sûr de pouvoir continuer à habiter son logement tout en percevant une rente mensuelle et une partie de la vente dès la signature. Pour l’acheteur, cela permet de réaliser un investissement immobilier sur du long terme sans savoir toutefois quand est-ce que cet appartement ou cette maison sera disponible. La bonne affaire ne pourra donc se faire pour ce dernier qu’en cas de décès prématuré du vendeur par rapport à une espérance de vie. Autrement dit, il faut bien être conscient des spécificités de ce type de vente immobilière.

La nue-propriété d’un bien immobilier et non l’usufruit
Pour un bien dans la pierre, on note deux types de personnes. Il y a l’usufruitier, c’est la personne qui dispose de ce bien en fonction de ses attentes et de ses envies ; et il y a le nu-propriétaire, celle qui est propriétaire de ce bien immobilier. Il est le seul à avoir le droit de vendre le bien, le donner ou le rénover. Si une personne ou une famille s’acquiert d’une maison ou d’un appartement, ils sont donc à la fois nus-propriétaires et usufruitiers. Toutefois, il est également possible de n’acheter que la nue-propriété d’un bien d’un bien immobilier et de laisser l’usufruit à une autre personne ou un autre ménage. Cela permet d’obtenir un logement à moindres frais. Ce qui est souvent fréquent dans des cas de donations. Par exemple, des parents décident de donner la nue-propriété à leur fils ou à leur fille et de conserver l’usufruit du logement dans lequel ils habitent et dont ils étaient jusqu’alors propriétaires.

Faire le placement en loi Pinel
En ce moment la majorité des logements neufs qui sont cédés à des investisseurs le sont sous le régime de défiscalisation en vigueur au moment de la vente. Il s’agit de donner une baisse d’impôts aux  gens qui achètent un logement neuf et qui le mettent après en location selon certains critères.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Henri Chambon, des projets dans l’âme

A la tête du groupe Socri, Henri Chambon est l’un des pionniers du secteur immobilier français. Il était le précurseur de ces centres commerciaux à l’américaine situés dans les grandes villes, communément appelé Le Polygone.
Avec son caractère charismatique, ce personnage est l’un des innovateurs des biens commerciaux, et cela depuis 1975 jusqu’à ce jour. Il faut noter que dans la famille Chambon, les projets sont tout aussi impressionnants, les uns des autres. C’est pour cela que Nicolas Chambon reste sur les traces du patriarche, avec d’autres idées encore beaucoup plus impressionnantes.
Parmi ces réalisations, celles qui ont marqué le début de ce jeune entrepreneur reste sans aucun doute Le Polygone Béziers ainsi que le Polygone Riviera situé à Cagnes-sur-Mer. Ce projet vaut 400 M d’euros et il est aménagé sur 13 hectares avec au total 180 boutiques. Dès lors, le groupe SOCRI PROMOTIONS s’est associé à l’un des groupes les plus connus dans le milieu des bâtiments commerciaux, à savoir Unibail-Rodamco. Cela a permis au  groupe de la famille Chambon de boucler à temps le projet, et d’en sortir fier.
Si la présidence revient actuellement au jeune héritier Nicolas Chambon, il faut aussi reconnaître que le père fondateur de ce groupe familial garde un œil sur le bon déroulement de toutes les activités, surtout du point de vue financier. La gestion et le développement du projet repose actuellement au bon sens de son fils ainsi que de son intelligence. Interrogé sur cela, Henri Chambon a dit avoir confiance et présage déjà un bel avenir pour le groupe SOCRI PROMOTIONS. Actuellement, le groupe veut investir dans l’immobilier de luxe en investissant dans la ville de Nice. Pour cela, les négociations sont déjà en marche avec les différents géants du luxe comme Hermès, Yves Saint-Laurent et Louis Vuitton.

Comment placer son argent dans l’immobilier ?
En réalité, il y a de nombreuses manières de réaliser un investissement immobilier et cela pour toutes les possibilités. À vous de choisir celle qui vous convient le plus et qui s’accorde à vos objectifs et à vos moyens.
Il y en a pour toutes les envies et pour tous les budgets. Chaque type de placement possède ses propres avantages et inconvénients. Pour mettre toutes les chances de votre côté de faire un investissement rentable et réussi, il conviendra de vous informer des spécificités du type de placement que vous aurez choisi.

L’achat de la résidence principale

C’est la première chose à laquelle on pense, être propriétaire de la maison où on habite. Plusieurs ménages sont séduits par cette idée, principalement avec les différents avantages qu’il offre du point de vue fiscalité. Toutefois ce n’est pas un excellent choix pour tout le monde. Il faut attendre un certain nombre d’années pour que cela soit avantageux. Cela ne correspond donc pas à la situation de tous, particulièrement dans un monde où les déménagements pour des raisons professionnelles ou familiales sont de plus en plus fréquents.

Achat d’un logement ancien et location vide classique
La 2ème solution d’investissement d’un bien immobilier la plus populaire est l’achat d’un logement ancien, pour le mettre par la suite en location. Vous recevrez des loyers qui viennent rentabiliser la transaction. Il est aussi possible d’effectuer une plus-value au moment où vous cédez ce logement dans quelques années si l’évolution des prix dans la pierre vous a été favorable durant cette période. Aujourd’hui avec des prix dans la pierre qui restent élevés, il est n’est pas facile d’escompter de manière certaine la réalisation d’une plus-value. Le but c’est avant tout de réaliser une bonne profitabilité locative de votre investissement. Ce n’est donc pas forcément là que vous trouverez les meilleurs rendements pour votre argent, notamment par rapport à des placements plus sûrs et qui demandent beaucoup moins d’efforts comme une bonne assurance-vie. Néanmoins, le placement appartement locatif garde l’avantage d’être l’un des seuls placements qui peuvent se faire à crédit. Ce qui peut faire pencher votre choix sur ce type de transaction, surtout en ce moment-ci où les taux des  biens immobiliers sont très bas.

Concevoir du déficit foncier en aménageant un logement ancien

Pour ceux qui veulent réduire leur niveau d’imposition tout en se constituant un patrimoine immobilier, il est possible d’acheter de vieux logements qui demandent d’importants travaux de rénovation et de remise aux normes. Cela permet ainsi de faire en sorte que les frais liés à cet investissement soient beaucoup plus importants que les loyers perçus pour la location de ce bien. On parle alors d’une création d’un déficit foncier. Il pourra être déduit de vos autres revenus pour réduire vos impôts ; soit l’année de la réalisation soit sur les années suivantes. En outre, les biens à vendre avec beaucoup de travaux se vendent plus difficilement. Il sera donc possible de les avoir à un bon prix et de bien négocier. Un investissement intéressant pour ceux qui veulent réduire leur revenu imposable de référence et qui sont de bons bricoleurs ou ont un bon réseau d’artisan pour effectuer les travaux.

Devenir loueur en meublé non professionnel

Après l’investissement d’un bien dit en location vide (ou nue), il est aussi possible de faire louer une maison meublée. Ce qui signifie que c’est vous en tant que propriétaire bailleur qui allez équiper l’appartement ou la maison de manière suffisante pour qu’une famille puisse y habiter. Ce type d’immobilier locatif possède ses propres spécificités. Un bail de location ne se fait que sur une durée d’un an et son délai de préavis est systématiquement réduit à 1 mois. L’avantage pour l’investisseur avec une location meublée est un système fiscal plus attractif que sur une location vide. On parle dans ce cas d’un Louer en Meublé Non Professionnel (LMNP).

Le loueur en Meublé Professionnel
Pour ceux qui veulent généraliser les investissements en location meublée et en générer des revenus importants, il existe le statut du Loueur en Meublé Professionnel. Il faut également dans ce cas remplir d’autres conditions comme le fait que les revenus des logements meublés doivent représenter au moins 50 % des revenus de votre foyer fiscal. L’investisseur devra également s’enregistrer auprès du registre du commerce et des sociétés en qualité de LMP. L’un des avantages de ce statut est que les biens immobiliers loués en meublé font alors partie du patrimoine professionnel et ne sont donc plus comptabilisés dans votre patrimoine en ce qui concerne l’impôt de solidarité sur la fortune, l’ISF.

Mettre en location son parking ou son garage

Pas assez d’argent à placer son argent pour un studio ou un appartement plus grand ? Pas envie de vous embêter avec les différents tracas du propriétaire bailleur ? Privilégiez l’investissement dans des places de parking dans des endroits qui en manquent. Cela peut aussi bien être un box ou un garage. Ce type de biens immobiliers ne demande pas (ou très peu) d’entretiens et se loue très facilement. Vous pouvez en acheter pour quelques milliers d’euros. Dans certaines villes, la rentabilité est assez importante sur les parkings. En plus, c’est un investissement immobilier qui est exonéré d’impôt sur la plus-value si le montant de la vente ne dépasse pas 15 000 €. Cela peut être l’idéal pour commencer doucement dans un premier investissement locatif et la constitution d’un patrimoine immobilier.

Faire du placement en viager

Le viager est un système de transaction immobilière très particulier. Vous achetez un bien en ne payant qu’une soulte (une partie du prix du logement) puis en versant une rente tous les mois jusqu’à ce que le vendeur décède et que ce bien immobilier vous revient entièrement. Pour le vendeur, cela lui permet d’être sûr de pouvoir continuer à habiter son logement tout en percevant une rente mensuelle et une partie de la vente dès la signature. Pour l’acheteur, cela permet de réaliser un investissement immobilier sur du long terme sans savoir toutefois quand est-ce que cet appartement ou cette maison sera disponible. La bonne affaire ne pourra donc se faire pour ce dernier qu’en cas de décès prématuré du vendeur par rapport à une espérance de vie. Autrement dit, il faut bien être conscient des spécificités de ce type de vente immobilière.

N’acheter que la nue-propriété d’un bien appartement
Pour un bien dans la pierre, on note deux types de personnes. Il y a l’usufruitier, c’est la personne qui dispose de ce bien en fonction de ses attentes et de ses envies ; et il y a le nu-propriétaire, celle qui est propriétaire de ce bien immobilier. Il est le seul à avoir le droit de vendre le bien, le donner ou le rénover. Si une personne ou une famille s’acquiert d’une maison ou d’un appartement, ils sont donc à la fois nus-propriétaires et usufruitiers. Toutefois, il est également possible de n’acheter que la nue-propriété d’un bien d’un bien immobilier et de laisser l’usufruit à une autre personne ou un autre ménage. Cela permet d’obtenir un logement à moindres frais. Ce qui est souvent fréquent dans des cas de donations. Par exemple, des parents décident de donner la nue-propriété à leur fils ou à leur fille et de conserver l’usufruit du logement dans lequel ils habitent et dont ils étaient jusqu’alors propriétaires. Ce qui vous fera profiter également d’une réduction des taxes fonciers qui s’abattent sur votre propriété.
Alors, prêt à relever le défi avec l’un de ces modèles de placements ? Donnez-vous une chance et optez pour le placement qui s’accorde le plus à votre situation.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

François Lazard, un entrepreneur à part entière

Fondateur du Lazard Group Real Estate, François Lazard reste un homme d’affaires très réputé dans le secteur immobilier. Originaire d’Alsace, cet entrepreneur au look décontracté et au style soigné fait partie actuellement du cercle des VIP Français dans le secteur immobilier, et le chiffre d’affaires de son entreprise avoisine les 400M d’euros, le hissant parmi les leaders de l’immobilier en Métropole.

Un parcours au succès atypique
François Lazard est entré très tôt dans le milieu de l’entrepreneuriat, dès l’âge de 26 ans. Après avoir obtenu son diplôme dans le droit des affaires à Strasbourg, il a déménagé à Lyon et s’est lancé dans la promotion immobilière. En rachetant des petits locaux et en les restaurant pour pouvoir les revendre par la suite, le groupe a vite gagné en notoriété dans le secteur immobilier alsacien. Cette notoriété s’est également étendue dans d’autres villes françaises comme Metz, Paris et bien d’autres.
Selon les statistiques, ce groupe crée plus de 150 000 m² de bureaux tous les ans, tout en assurant la gestion de son patrimoine foncier. Les clients qui font appel au service de ce patron d’entreprise sont en général des entreprises œuvrant dans le milieu du  CAC 40, des banques, des collectivités publics et bien d’autres encore. S’il a su faire un nom au cours de ces dernières années, François Lazard souhaite pérenniser son parcours à succès. Il compte transmettre ses acquis à ses enfants et prendre une retraite méritée, mais ce n’est pas encore le bon moment, dixit François Lazard, une vision partagée par un grand nombre de patrons Alsaciens.

Et pour investir actuellement ?
Vu la disposition actuelle de l’immobilier en France, le placement dans un bien pour le mettre en location se présente assez aventureux. Seul un excellent profit locatif permettra de réduire les risques en rapport avec un investissement locatif en période de baisse des prix et d’augmentation de la fiscalité immobilière. Il faudra bien choisir ses investissements en 2016 pour s’en sortir gagnant.
Au moment où les coûts des logements augmentent, l’investisseur en immobilier en sort gagnant. Il continue de percevoir des loyers pendant que son appartement prend de la valeur. Il pourra donc, en plus des revenus fonciers, obtenir une plus-value en cas de revente. En période de forte hausse des prix, les Français se sont donc rués sur l’immobilier et ont investi dans des studios ou des appartements pour en profiter.

Seulement voilà ! On constate actuellement un retournement de situation dans le secteur immobilier avec un cycle qui tend de plus en plus vers la baisse. Il est très important d’en avoir bien conscience avant de se lancer dans un achat pour près le mettre en location pour les années à venir ! En effet, les investisseurs vont devoir tenir compte de la notion de risque de moins-values dans leur raisonnement. Contrairement à un placement sur un livret bancaire ou tout autre produit sur lequel le capital est garanti, l’achat d’un appartement reste exposé à la possibilité d’une perte de capital si la valeur du bien diminue.
En règle générale en matière d’investissement, la peur de perte de capital se compense par un taux de rendement supérieur. Seulement, lorsque vous investissez dans de l’immobilier locatif, c’est à vous de calculer que le bénéfice est assez suffisant pour masquer les écueils de perte de capital.
Après un rebondissement quelques années auparavant, les prix sont de nouveau orientés à la baisse depuis 2012 et ont de fortes chance de diminuer encore dans les années à venir. Pour celui qui achète un appartement pour le mettre en location après, cela sous entend qu’il peut être forcé de vendre à perte à court ou à moyen terme. En investissant sur le long terme par contre, le risque diminue. Les cycles d’évolution en immobilier sont longs, entre 5 et 10 ans en moyenne. Un investissement au prix fort peut donc demander d’attendre plusieurs années avant de pouvoir revendre sans pertes. La patience est donc de mise.

Apprendre à gérer ses biens en location
Si vous gérez déjà d’autres biens immobiliers, vous savez que la gestion courante d’une location prend du temps et demande diverses démarches régulières. Vous pouvez utiliser les mêmes modèles types et regrouper certaines démarches. En revanche, pour ceux qui veulent se lancer dans leur premier investissement locatif, il va falloir un peu plus de temps pour regrouper toutes les informations utiles et se procurer différents exemples de documents. Vous pouvez également sous-traiter la gestion de vos locations à une société spécialiste en la matière (agence immobilière, administrateur de bien, etc.). Il vous en coûtera une part des loyers perçus. Ce taux est en général compris entre 5 et 10 % du loyer hors charges. C’est donc un coût qui reste relativement important. Même si ces frais sont déductibles de vos revenus fonciers, ils viendront grever le rendement de votre investissement. Attention également aux tâches réellement réalisées par ces sociétés. Bien souvent, lorsque des problèmes plutôt sérieux se présentent, il revient généralement au propriétaire de les régler. Avec des rentabilités locatives actuellement très basses à cause des prix très élevés qu’il faut débourser pour s’acheter un logement pour le mettre en location par la suite, de nombreux investisseurs préfèrent gérer eux-mêmes leurs biens.

Bien prendre en compte la fiscalité immobilière
Il n’y a pas de réussite dans l’immobilier locatif sans une intégration des conséquences de la fiscalité immobilière. Attention à ce que les divers taxes et impôts ne transforment votre investissement en gouffre financier. En effet, sans tenir compte de ce facteur-là, vous pourrez décider d’investir dans des logements qui se révéleront être au final de mauvaises affaires. Des impôts qui réduisent fortement vos gains. Lorsque vous touchez en effet des loyers, vous devez payer des impôts dessus. Pour connaître en détail comme cela fonctionne, vous pouvez découvrir comment déclarer ses loyers aux impôts. En fonction du type de bien que vous faites louer (meublé ou non), du montant total de revenus fonciers bruts annuels, etc., vous aurez parfois le choix entre différents modes de déclaration. Vous aurez par exemple à choisir entre le micro-foncier et le régime réel si vos revenus locatifs ne dépassent pas 15 000 €.
Quel que soit votre mode de déclaration, pour une location non meublée, vous serez imposé sur vos revenus fonciers nets à 15.5 % pour les prélèvements sociaux (CSG et CRDS) et ces revenus s’ajouteront à vos revenus salariés. Ils seront donc également taxés en fonction de votre tranche marginale d’imposition. La note peut donc rapidement être salée, notamment pour ceux qui sont dans les tranches à 30 % ou plus.

Mettre de côté les mythes en investissement immobilier
Avec la baisse des prix dans l’ensemble des régions, beaucoup d’acteurs dans l’immobilier s’inquiètent aujourd’hui. Alors, pour réussir votre projet immobilier tout comme ce baron de l’immobilier, voici quelques conseils qui vous seront certainement d’une grande aide. En mettant de côté les mythes, vous ne risquerez pas de vous retrouver avec un investissement faussé.
L’investissement est réservé aux riches : nul besoin d’être riche pour pouvoir faire de l’emprunt et d’investir. Par contre, si vous avez hérité d’une grosse somme d’un oncle décédé aux Antilles, cela peut faire les affaires sans vous endetter pour rien. Cependant, pour investir dans le locatif, ne vous limitez pas sur des questions d’endettement, faites un choix.
Les gros investissements sont trop risqués, pensez à aller petit à petit : emprunter peu n’est pas souvent une bonne idée pour réussir, mieux vaux emprunter beaucoup d’autant plus que c’est devenu plus facile de nos jours. Si vous avez peu de ressources et que vous souhaitez miser sur de gros investissements, essayez d’avoir le même point de vue que les banques. Si elles vont vous emprunter pour acheter un appartement, le risque que vous arriverez à rembourser tous leurs argents est optimal en cas de problème, ce qui n’est pas le cas si vous empruntez pour acheter tout un immeuble et que vous arrivez à louer les 10 appartements qui le composent.
L’apport n’est pas forcément nécessaire pour s’enrichir dans l’immobilier : pour générer des revenus réguliers, ce n’est pas du tout conseillé. Vous n’aurez pas gagné en capital et vous risquerez de vous retrouver ruiné au bout de quelques semaines.
La connaissance est la clé de la réussite : cela n’est pas souvent indispensable, étant donné qu’il y avait des self-made-men qui ont réussi sans avoir connu le bla bla de l’immobilier. Soyez intéressé par votre secteur, démarrez votre projet et vous verrez, vous aurez l’occasion de connaître les gens dont vous avez besoin.
Être sûr de soi sans faire d’erreur est l’issue qui vous sauvera : un investissement présente toujours des risques, et chaque investisseur en prenant des risques a toujours eu peur. Comme cela fait partie du jeu de l’investissement, c’est tout à fait normal. Les problèmes seront toujours présents, mais la différence entre les personnes c’est la manière dont elles perçoivent ces problèmes. L’essentiel est de tout faire pour que le problème ne se transforme pas en catastrophe.
Les locataires, on ne peut pas leur faire confiance, ils cassent tout et détruisent tout à leur passage, et pour finir ils ne paient pas de loyer l’hiver venu : il y en a de sérieux, alors ne vous laissez pas buter avant même de commencer.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Félix Bertojo, un Directeur plein de rêve

Faisant partie des hommes et des femmes les plus riches dans le milieu de l’immobilier français, la famille Bertojo est l’un des acteurs incontournables dans ce secteur dans la région Ile-de-France, en Alsace, aux Rhône-Alpes ou encore sur la Côte d’Azur.

Une affaire de famille qui ne cesse d’évoluer
C’était en 1989 que Jean-Claude Bertojo a fondé le groupe Spirit, un acteur qui a su faire un nom sur la scène immobilière française. Petit à petit, l’enseigne a exporté ses savoirs-faires à l’international comme en Italie, aux Etats-Unis, en Espagne, en Allemagne ou encore au Maroc. Ce groupe a plus d’un arc sur sa corde, puisqu’il ne s’est pas limité à la promotion des biens commerciaux et pour les entreprises, il s’est également ouvert aux immobiliers résidentiels.
Passionné de la pierre, le fondateur du groupe et son équipe misent sur la qualité et la curiosité permanente pour réussir à satisfaire les besoins du marché. Comme la société change constamment, chaque entreprise est contrainte à suivre ce changement. C’est pour cela qu’il conjugue promotion et investissement, et cela dans le but d’assurer le développement de toute une activité patrimoniale.
Afin de réussir chacun de ses projets, le groupe de Félix Bertojo adopte des stratégies qui misent sur les utilisateurs, les investisseurs privés et les bailleurs sociaux. C’est grâce à cette formule que l’enseigne a pu relever des défis et à les réussir. Et pour rester parmi les hommes les plus fortunés du pays, l’enseigne s’engage à offrir les réponses dont ses clients ont le plus besoin, et cela en rapport avec leur projet.
Actuellement, le groupe réalise différentes opérations sur le territoire français, dont la plus récente est sans aucun doute celle menée à Marne-la-Vallée. Avec la formule clé en main qu’il propose, chacun peut réaliser son rêve avec un excellent rapport qualité/prix, tout en répondant au marché de l’immobilier, et cela dans l’optique de construire un bien patrimonial.
Étant donné la situation actuelle de l’immobilier en France, le placement dans la pierre pour le mettre en location s’avère assez audacieux. Seul un excellent profit locatif permettra de compenser les risques en rapport avec un investissement locatif en période de baisse des prix et d’augmentation de la fiscalité immobilière. Il faudra bien choisir ses investissements en 2016 pour s’en sortir gagnant.

Au moment où les tarifs des logements augmentent, le promoteur en immobilier est doublement gagnant. Il continue de percevoir des loyers pendant que son appartement prend de la valeur. Il pourra donc, en plus des revenus fonciers, obtenir une plus-value en cas de revente. En période de forte hausse des prix, les Français se sont donc rués sur l’immobilier et ont investi dans des studios ou des appartements pour en profiter.
Seulement voilà ! On constate actuellement un retournement de situation dans le secteur immobilier avec un cycle qui tend de plus en plus vers la baisse. Il est très important d’en avoir bien conscience avant de se lancer dans un achat pour près le mettre en location pour les années à venir ! En effet, les investisseurs vont devoir tenir compte de la notion de risque de moins-values dans leur raisonnement. Contrairement à un placement sur un livret bancaire ou tout autre produit sur lequel le capital est garanti, l’achat d’un appartement reste exposé à la possibilité d’une perte de capital si la valeur du bien diminue.
En règle générale en matière d’investissement, la peur de perte de capital se compense par un taux de rendement supérieur. Seulement, lorsque vous investissez dans de l’immobilier locatif, c’est à vous de calculer que le bénéfice est assez suffisant pour masquer les écueils de perte de capital.
Après un rebondissement quelques années auparavant, les prix sont de nouveau orientés à la baisse depuis 2012 et ont de fortes chance de diminuer encore dans les années à venir. Pour celui qui achète un appartement pour le mettre en location après, cela sous entend qu’il peut être forcé de vendre à perte à court ou à moyen terme. En investissant sur le long terme par contre, le risque diminue. Les cycles d’évolution en immobilier sont longs, entre 5 et 10 ans en moyenne. Un investissement au prix fort peut donc demander d’attendre plusieurs années avant de pouvoir revendre sans pertes. La patience est donc de mise.

Le taux de rentabilité doit tenir compte de ces risques

Pour tenir compte des prix immobiliers actuellement très élevés et des risques liés à ce fait, vous devez sélectionner des biens qui vous apportent un taux de rendement suffisamment important. En temps normal, un taux de rendement brut de 6 % paraît être le minimum acceptable pour commencer à s’intéresser à un logement pour de l’investissement locatif. Cela permet, une fois les impôts fonciers payés, la CSG-CRDS et les autres frais liés à cet investissement, d’obtenir une rentabilité nette un peu plus élevée qu’un livret bancaire.
Avec un bien qui a une probabilité non négligeable de perdre de la valeur à court et à moyen terme, il peut être judicieux de choisir un seuil plus élevé de rentabilité. Malheureusement, quand on regarde le tableau des rentabilités d’un investissement locatif dans les 100 plus grandes villes de France, on se rend vite compte que c’est loin d’être évident d’obtenir une aussi bonne rentabilité. Vous devrez pour cela rechercher des biens sous-cotés dans un secteur où la demande en location reste suffisamment importante. Réduire ses impôts en 2016 en investissant dans un appartement.
Pour améliorer un peu ses mauvaises conditions pour investir dans l’immobilier en 2016, il y a toujours différentes possibilités d’obtenir des réductions d’impôt en choisissant des investissements immobiliers qui permettent une défiscalisation.
La grande nouveauté pour cette année 2016 est la défiscalisation Pinel. Les conditions restent les mêmes pour le Pinel que le Duflot en 2014 à quelques légères modifications près. Ce nouveau dispositif vient remplacer l’ancienne loi Scellier. Il propose une diminution d’impôts plus importante, mais il sera réservé à un nombre plus restreint de villes et surtout il imposera des loyers modérés pendant toute la durée de la défiscalisation. Si vous êtes intéressé par ce type d’investissement, demandez une étude gratuite pour réduire vos impôts. L’investissement en Pinel sera intégré dans le plafond des niches fiscales de 10 000 € par foyer et par an. Pour diminuer son revenu imposable sans recourir à une niche fiscale, il est toujours possible de générer du déficit foncier. Face à ce changement en fiscalité, c’est un mécanisme qui retrouve davantage d’attrait auprès des investisseurs.
Acheter un appartement pour le mettre en location sera peu intéressant en 2016.
Des prix d’achats très élevés, une rentabilité moyenne très basse, une fiscalité ainsi que des coûts d’entretien et réparation en hausse… Compte tenu de ces éléments, le moment n’est pas vraiment propice pour réaliser un investissement en immobilier locatif en 2016. Les risques de réaliser un mauvais investissement sont importants si on ne prend pas certaines précautions (investissement sur le long terme, rentabilité locative suffisante, bonne prise en compte des frais et de la fiscalité, etc.). Néanmoins, dans certains départements de Province, les prix ont déjà bien baissé depuis le pic de 2008. En étant patient et en connaissant bien son marché immobilier local, il peut encore être possible de trouver la perle rare.

Quels conseils pour mener à bien son placement ?
Avec la baisse des prix dans l’ensemble des régions, beaucoup d’acteurs dans l’immobilier s’inquiètent aujourd’hui. Alors, pour réussir votre projet immobilier tout comme ce baron de l’immobilier, voici quelques conseils qui vous seront certainement d’une grande aide.

Achetez non loin de chez vous
Toujours acheter près de chez soi rend les choses beaucoup plus simples. Ici, il s’agit d’acheter dans un endroit que vous connaissez bien, d’autant plus que c’est nécessaire pour les raisons suivantes : savoir réellement où vous achetez, pouvoir intervenir en cas de problème.
Ne vous confiez pas à un mandataire, c’est la solution la plus parfaite pour éviter les conflits entre locataires et propriétaires. Certes, des gestions à distance se sont parfaitement très bien passées, mais cela demande du courage et beaucoup de volonté entre les deux parties.

Créez une équipe spécialiste de l’immobilier locatif
Vous devez considérer que les premiers investissements sont un processus d’apprentissage. Un agent immobilier, un notaire et un comptable sont 3 membres de votre équipe que vous devez sélectionner avec précaution. Parfois, trouver de bons artisans est aussi nécessaire. Ces personnes vous aideront à avoir une bonne base dans la gestion des biens locatifs. D’autres membres peuvent également intervenir ; comme les architectes, les assureurs, les banquiers et  les géomètres. Pour apporter donc une touche de sérieux dans votre secteur d’activité, créer une bonne équipe reste incontournable.
Voici donc quelques points pour faciliter la mise en place de votre équipe:

  • complémentarité
  • communication facile
  • récompenses à part équitables,
  • objectifs communs
  • mêmes valeurs.

Oublier le côté instinctif
Être rationnel est indispensable pour investir dans les biens locatifs. Listez les critères à prendre en compte lorsque vous souhaitez investir dans tel ou tel bien. La liste de critères vous garantie que vous n’allez pas tomber amoureux d’un bien et que vous comparez correctement les différents biens. Prenez différents angles pour les analyser. Les éléments à vérifier sont nombreux, ce qui vous aidera à annuler l’achat ou à négocier le prix en conséquence.
Faites vos calculs de rentabilité
Calculez la rentabilité de votre investissement. En dessous de 6 % net, l’investissement est normal. Évitez donc les surprises! C’est à vous de calculer le prix que vous pouvez donner en fonction du rendement que vous voulez obtenir. Pour cela vous devez obtenir le prix du loyer et être certain que c’est le véritable loyer. Faites confiance mais vérifiez! Prenez également en compte le loyer potentiel qui correspond au loyer que pourrait obtenir le propriétaire actuel en faisant quelques changements simples. Ce sont ces mêmes changements que vous allez pouvoir faire immédiatement pour relever le loyer. Étudier aussi le futur loyer qui correspond à la progression supposée du loyer basée sur le bien, son environnement ainsi que le plafond d’augmentation encadré par la loi. Et comme tout investissement, pensez également aux frais d’entretien. Cela concerne le plus souvent les vieux bâtiments qui nécessitent plus d’entretiens, des entretiens qui sont souvent très cher.
Financez votre investissement tout en pensant que vous investissez dans l’immobilier locatif.
La recherche d’un financement peut être longue mais pour éviter de perdre une bonne opportunité, il est mieux de vérifier votre capacité d’emprunt avant de faire une offre tout comme vous l’auriez fait pour acheter votre propre logement.

S’informer du marché immobilier
Un investisseur professionnel n’hésite pas à faire ce qu’il faut pour mener à bien son investissement et pour que son bien trouve preneur ; quitte à effectuer des plans marketings. Il choisit également une bonne assurance pour se protéger ou un avocat pour étudier un problème épineux avant l’achat. Il y a des domaines où il ne faut pas faire de petites économies et toute l’étude avant que l’achat du bien ne devienne critique.

Trouver de bons gestionnaires
Pour éviter que votre investissement et votre cashflow ne tombent en ruine, pensez à trouver de  bons gestionnaires. Même si vous ne souhaitez pas faire appel à un gestionnaire, pensez à prévoir dans votre marge cette éventualité pour ne pas avoir de mauvaises surprises au moment où vous en aurez le plus besoin.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

EUROPEQUIPEMENTS, incontournable dans les projets immobiliers

Olivier Pelat est le président directeur général groupe EUROPEQUIPEMENTS, l’un des acteurs les plus connus dans le milieu immobilier en France. Cette enseigne réalise en effet des projets immobiliers multifonctions tels que les bureaux, les centres commerciaux, les hôtels et même les logements. Cette variété de ses activités lui a permis de se hisser dans le top 100 des entreprises françaises les plus riches.
EUROPEQUIPEMENTS est aussi connu en zone urbaine qu’en périphérie. Il apporte son savoir-faire pour restructurer le cœur des villes tout en aménageant les friches industrielles qui se trouvent dans les entrées de ville. Grâce à ses années d’expériences, Olivier Pelat a su offrir un gage de qualité et de longévité pour ses réalisations.
Interrogé sur  le sucess story de son entreprise, Olivier Pelat a répondu que c’est avant tout un travail de toute une équipe aux talents et compétences multiples. Les leaders de l’enseigne sont également des professionnels disponibles et capables de prendre des décisions selon les situations, et cela au moment voulu. Afin de répondre aux besoins de sa clientèle, l’enseigne prend en compte les aspects économiques, environnementaux et sociaux de chaque chantier. Cela permet en effet de réduire les impacts négatifs que peuvent avoir une construction sur l’endroit en général. C’est grâce à cette vision et perspective que l’enseigne a pu réaliser un chiffre d’affaires allant jusqu’à 1 000M d’euros au cours de ces dernières années.

L’année 2016, parfaite pour investir ou non dans l’immobilier ?
Étant donné la disposition actuelle de l’immobilier en France, Acheter un appartement pour le mettre en location sera peu intéressant en 2016.
Des prix d’achats très élevés, une rentabilité moyenne très basse, une fiscalité ainsi que des coûts d’entretien et réparation en hausse… Compte tenu de ces éléments, le moment n’est pas vraiment propice pour réaliser un investissement en immobilier locatif en 2016.

Quand les prix des logements augmentent, le promoteur en immobilier est doublement gagnant. Il continue de percevoir des loyers pendant que son appartement prend de la valeur. Il pourra donc, en plus des revenus fonciers, obtenir une plus-value en cas de revente. En période de forte hausse des prix, les Français se sont donc rués sur l’immobilier et ont investi dans des studios ou des appartements pour en profiter.
Seulement voilà ! On constate actuellement un retournement de situation dans le secteur immobilier avec un cycle qui tend de plus en plus vers la baisse. Il est très important d’en avoir bien conscience avant de se lancer dans un achat pour près le mettre en location pour les années à venir ! En effet, les investisseurs vont devoir tenir compte de la notion de risque de moins-values dans leur raisonnement. Contrairement à un placement sur un livret bancaire ou tout autre produit sur lequel le capital est garanti, l’achat d’un appartement reste exposé à la possibilité d’une perte de capital si la valeur du bien diminue.
En règle générale en matière d’investissement, la peur de perte de capital se compense par un taux de rendement supérieur. Seulement, lorsque vous investissez dans de l’immobilier locatif, c’est à vous de calculer que le bénéfice est assez suffisant pour masquer les écueils de perte de capital.
Après un rebondissement quelques années auparavant, les prix sont de nouveau orientés à la baisse depuis 2012 et ont de fortes chance de diminuer encore dans les années à venir. Pour celui qui achète un appartement pour le mettre en location après, cela sous entend qu’il peut être forcé de vendre à perte à court ou à moyen terme. En investissant sur le long terme par contre, le risque diminue. Les cycles d’évolution en immobilier sont longs, entre 5 et 10 ans en moyenne. Un investissement au prix fort peut donc demander d’attendre plusieurs années avant de pouvoir revendre sans pertes. La patience est donc de mise.

Le taux de rentabilité doit tenir compte de ces risques

Pour tenir compte des prix immobiliers actuellement très élevés et des risques liés à ce fait, vous devez sélectionner des biens qui vous apportent un taux de rendement suffisamment important. En temps normal, un taux de rendement brut de 6 % paraît être le minimum acceptable pour commencer à s’intéresser à un logement pour de l’investissement locatif. Cela permet, une fois les impôts fonciers payés, la CSG-CRDS et les autres frais liés à cet investissement, d’obtenir une rentabilité nette un peu plus élevée qu’un livret bancaire.
Avec un bien qui a une probabilité non négligeable de perdre de la valeur à court et à moyen terme, il peut être judicieux de choisir un seuil plus élevé de rentabilité. Malheureusement, quand on regarde le tableau des rentabilités d’un investissement locatif dans les 100 plus grandes villes de France, on se rend vite compte que c’est loin d’être évident d’obtenir une aussi bonne rentabilité. Vous devrez pour cela rechercher des biens sous-cotés dans un secteur où la demande en location reste suffisamment importante. Réduire ses impôts en 2016 en investissant dans un appartement.
Pour améliorer un peu ses mauvaises conditions pour investir dans l’immobilier en 2016, il y a toujours différentes possibilités d’obtenir des réductions d’impôt en choisissant des investissements immobiliers qui permettent une défiscalisation.
La grande nouveauté pour cette année 2016 est la défiscalisation Pinel. Les conditions restent les mêmes pour le Pinel que le Duflot en 2014 à quelques légères modifications près. Ce nouveau dispositif vient remplacer l’ancienne loi Scellier. Il propose une diminution d’impôts plus importante, mais il sera réservé à un nombre plus restreint de villes et surtout il imposera des loyers modérés pendant toute la durée de la défiscalisation. Si vous êtes intéressé par ce type d’investissement, demandez une étude gratuite pour réduire vos impôts. L’investissement en Pinel sera intégré dans le plafond des niches fiscales de 10 000 € par foyer et par an. Pour diminuer son revenu imposable sans recourir à une niche fiscale, il est toujours possible de générer du déficit foncier. Face à ce changement en fiscalité, c’est un mécanisme qui retrouve davantage d’attrait auprès des investisseurs.
Acheter un appartement pour le mettre en location sera peu intéressant en 2016.
Des prix d’achats très élevés, une rentabilité moyenne très basse, une fiscalité ainsi que des coûts d’entretien et réparation en hausse… Compte tenu de ces éléments, le moment n’est pas vraiment propice pour réaliser un investissement en immobilier locatif en 2016. Les risques de réaliser un mauvais investissement sont importants si on ne prend pas certaines précautions (investissement sur le long terme, rentabilité locative suffisante, bonne prise en compte des frais et de la fiscalité, etc.). Néanmoins, dans certains départements de Province, les prix ont déjà bien baissé depuis le pic de 2008. En étant patient et en connaissant bien son marché immobilier local, il peut encore être possible de trouver la perle rare.

Mettre de côté les mythes en immobilier

Et comme vous souhaitez profiter de ce secteur en investissant dans la pierre malgré son ralenti. Alors, voici quelques mythes que vous devriez vous détourner pour pouvoir réaliser votre placement :
L’investissement est réservé aux riches : nul besoin d’être riche pour pouvoir faire de l’emprunt et d’investir. Par contre, si vous avez hérité d’une grosse somme d’un oncle décédé aux Antilles, cela peut faire les affaires sans vous endetter pour rien. Cependant, pour investir dans le locatif, ne vous limitez pas sur des questions d’endettement, faites un choix.
Les gros investissements sont trop risqués, pensez à aller petit à petit : emprunter peu n’est pas souvent une bonne idée pour réussir, mieux vaux emprunter beaucoup d’autant plus que c’est devenu plus facile de nos jours. Si vous avez peu de ressources et que vous souhaitez miser sur de gros investissements, essayez d’avoir le même point de vue que les banques. Si elles vont vous emprunter pour acheter un appartement, le risque que vous arriverez à rembourser tous leurs argents est optimal en cas de problème, ce qui n’est pas le cas si vous empruntez pour acheter tout un immeuble et que vous arrivez à louer les 10 appartements qui le composent.
L’apport n’est pas forcément nécessaire pour s’enrichir dans l’immobilier : pour générer des revenus réguliers, ce n’est pas du tout conseillé. Vous n’aurez pas gagné en capital et vous risquerez de vous retrouver ruiné au bout de quelques semaines.
La connaissance est la clé de la réussite : cela n’est pas souvent indispensable, étant donné qu’il y avait des self-made-men qui ont réussi sans avoir connu le bla bla de l’immobilier. Soyez intéressé par votre secteur, démarrez votre projet et vous verrez, vous aurez l’occasion de connaître les gens dont vous avez besoin.
Être sûr de soi sans faire d’erreur est l’issue qui vous sauvera : un investissement présente toujours des risques, et chaque investisseur en prenant des risques a toujours eu peur. Comme cela fait partie du jeu de l’investissement, c’est tout à fait normal. Les problèmes seront toujours présents, mais la différence entre les personnes c’est la manière dont elles perçoivent ces problèmes. L’essentiel est de tout faire pour que le problème ne se transforme pas en catastrophe.
Les locataires, on ne peut pas leur faire confiance, ils cassent tout et détruisent tout à leur passage, et pour finir ils ne paient pas de loyer l’hiver venu : il y en a de sérieux, alors ne vous laissez pas buter avant même de commencer.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

 

Eric Duval, un entrepreneur qui a le sens des affaires

A 57 ans, Eric Duval est devenu un acteur majeur dans le secteur immobilier au cours de ces dernières années. Cet entrepreneur autodidacte Rennais s’est intéressé très tôt au monde de entrepreneuriat et du milieu économique. C’était en 1978 qu’il débuta sa carrière dans l’entreprise famille spécialisée dans la construction immobilière. Il enchaîna les différents postes de l’entreprise, afin d’apprendre sur le tas.
Conduite de chantiers, bureau d’études, réalisations immobilières et tant d’autres encore constituent les activités de l’entreprise. Ce n’est que vers la fin des années 90 qu’Eric Duval a pris sa direction, et l’oriente petit à petit vers la promotion immobilière. Cela marqua le début de l’enseigne, qui s’est tournée vers la construction de biens commerciales et d’entreprises.
En s’implantant dans la région parisienne, l’enseigne ne cesse de couvrir les besoins locaux mais aussi des autres pays de l’Union Européenne. Elle a créée en 1994 la structure holding de ses activités afin de répondre aux attentes de sa clientèle. Non seulement, elle exploite et gère les investissements immobiliers, mais surtout, elle se charge aussi de l’étude des marchés et le processus immobilier dans son ensemble. Actuellement, elle est devenue le numéro deux des résidences touristiques en France, avec la reprise d’Odalys au sein du groupe ainsi que d’autres groupes tels que la société NGF Golf, Residalya et Yxime.
Plus de 3 000 collaborateurs participent au bon déroulement des activités de l’entreprise, avec à la clé 540 M d’euros de chiffres d’affaires. En parallèle de ses activités professionnelles, Eric Duval a également l’âme philanthrope. En tant que citoyen engagé dans les actions humanitaires, il investit dans différents œuvres caritatives, comme la scolarisation des enfants et l’émancipation des femmes dans plusieurs pays d’Afrique et d’Asie (la Côté d’Ivoire, le Sénégal, le Gabon, la Burkina-Faso, le Cambodge et bien d’autres encore).
Réaliser un patrimoine grâce à l’investissement immobilier est devenu accessible pour les communs des mortels. Cependant on ne devient pas investisseur en locatif du jour au lendemain. La réussite de votre placement dépend de votre connaissance et des choix que vous ferez pour atteindre vos objectifs. Découvrez des principes simples et des ressources utiles pour mettre toutes les chances de votre côté pour que votre investissement se passe bien et sans encombre, aussi bien sur le court que le long terme.

Se former, sur le tas ou auprès de professionnels
Un minimum de connaissance est indispensable avant de se mettre dans le placement immobilier. Définissez vos attentes et votre politique pour y arriver. Vous devez être adroit pour définir votre projet sur le long terme en prenant en compte tous les éléments et en sondant les nombreux dangers encourus. Ne vous sentez pas forcé d’investir sous les discours de certaines personnes qui vous obligent à prendre une décision qui ne vous satisfait en aucun cas. Ce qui distingue un bon investissement d’un mauvais tient parfois à peu de choses. Plus vous préparez votre projet et plus vous serez en mesure de limiter les risques. En effet, l’investissement locatif présente des risques. Il faut en avoir conscience avant de se lancer et il faut également que les bénéfices obtenus soient supérieurs aux placements sans risque. Voici différents éléments à prendre en compte avant de faire un investissement dans l’immobilier.

Rentabilité et perspective d’évolution des prix
Dans ce contexte, si vous souhaitez malgré tout placer dans l’immobilier, nous vous suggérons de cibler seulement les locations qui créent un excellent rendement. Pensez à bien sélectionner le choix du bien immobilier sur lequel vous allez investir. L’idéal serait que votre investissement vous apporte une rente locative suffisante tout en étant à un bon emplacement afin de conserver de l’attrait. Il faut parfois plusieurs mois avant de dénicher un bien qui correspond à ces critères. Le tout est de ne pas se précipiter sur n’importe quel type de bien, ni à n’importe quel prix. N’oubliez jamais que c’est toujours lors de la phase d’achat que vous réaliserez les meilleurs coups, et non lors de la phase de vente.

Trouver un vendeur qui a le sens des affaires

L’une des règles de base est faire un bon achat. Pour bien acheter, il n’y a pas de secrets, il faut acheter auprès d’une personne qui souhaite réellement vendre. La première règle de l’investissement locatif est simple : dès l’achat vous êtes déjà bénéficiaire, et non en attendant la revente. Si ce n’est pas le cas, votre investissement n’en vaut pas la peine. Un achat trop cher peut ne pas être rentable une fois la propriété exploitée. Alors, pensez à acheter à bon prix. Prenez le temps de connaître la situation dans le marché, ses tendances et bien sûr son évolution sur le long terme. Vous éviterez ainsi de parier sur une augmentation surréaliste, alors qu’au final ce n’est pas le cas.
En vous concentrant sur la rentabilité immédiate, vous vous protégerez contre plusieurs risques dont notamment le fait de devoir revendre votre bien si jamais vous n’avez plus les moyens de l’entretenir. Trouvez un vendeur qui ne gagne pas d’argent avec son investissement, qui habite loin de son bien et qui doit se déplacer, qui est mal informé sur le marché ; et vous avez de bonnes chances d’acheter à un bon prix. Certes, c’est un peu fourbe, mais il y a toujours des gens qui sont pressés de vendre. Le prix d’achat décidera du bénéfice que vous allez réaliser sur le long terme. Alors, évitez de surestimer le bien…

Connaître vos clients potentiels

Vous souhaitez mettre en location votre bien pour des étudiants, des couples ou toute une famille ? C’est comme cela que vous pourrez choisir votre bien immobilier, un studio ou un F2. Le bon sens et la cohérence doivent être pris en compte lors de votre choix, et cela en fonction de votre cible et des personnes qui sont susceptibles de s’intéresser à votre bien.  Par conséquent, l’emplacement devra être choisi en fonction de la cible. Cela aura un impact majeur sur votre investissement. Facile à dire mais tout de même difficile à faire une fois sur le terrain.

Les recherches avant le contrat
Avant de placer votre argent dans un tel ou tel projet, prenez le temps d’effectuer une visite des biens proposés en question. Certes, cela peut vous prendre des journées, mais avec les méthodes de recherches proposées actuellement, vous n’aurez aucune difficulté. Choisissez celui qui vous convient le mieux tels que l’Internet, les journaux, les agents immobiliers …

Les principaux facteurs de décisions

Les facteurs qui attirent les gens dans une ville sont généralement le travail, les écoles et la réputation. S’il y a beaucoup d’emplois, la ville attire beaucoup d’habitants. Si elle possède une bonne réputation, c’est parfait. Les villes universitaires sont également en côte pour les étudiants. Viennent ensuite d’autres éléments comme les casinos, les aéroports, les bâtiments administratifs et les divertissements nationaux. Pensez à investir dans des villes avec des offres de biens limités, puisque si la ville dispose d’un grand nombre illimité de biens, votre investissement est mort. Posez également des questions sur la qualité des infrastructures, la progression de l’activité économique et bien d’autres encore pour sécuriser votre placement.

Les évolutions potentielles du quartier

Pour faciliter votre choix, partez à la rencontre de différentes personnes. Parlez, discutez et vérifiez les conclusions que vous avez faites auprès des autres. Vous pourrez ainsi connaître l’attente du  marché, le développement du secteur, le comportement des habitants et bien d’autres encore. Vous n’aurez aucun mal à imaginer la tendance et l’évolution du quartier dans les 10 prochaines années. Pour cela, vérifiez les points concernant les changements susceptibles d’y arriver, les nouvelles constructions et bien d’autres encore.

Le quartier dans l’immédiat

Les points clés à prendre en compte avant d’investir sont surtout les commerces, les écoles et les transports. C’est incontournable si vous souhaitez vendre. Plus le quartier est attractif, plus vous trouverez preneur. Avec ces éléments de bases dont chacun a besoin, il devient beaucoup plus facile de céder un bien à un bon prix. C’est toujours comme cela que ces entrepreneurs et promoteurs immobiliers ont opéré. Ils offrent le basique, et les acheteurs arrivent à concéder des choses. Il faut faire la différence entre marché et sous-marché.

Se fixer un nombre de bien à visiter

Le nombre de biens à visiter peut être limité en fonction des lieux mais le principe de base reste simple. Plus vous visitez, plus vous aurez de chance de trouver un bien intéressant. Il peut s’agir de visiter 30 ou 50 appartements. Cela peut vous prendre du temps mais c’est le prix à payer pour trouver le diamant dans la mine. La visite des biens ne doit démarrer qu’après avoir fait vos recherches et après avoir défini vos objectifs étant donné que cela vous permet en quelques instants de prendre une décision. Evitez la concurrence en achetant un bien qui n’a pas encore été mis en vente, c’est l’idéal même si cela semble difficile dans certains quartiers.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Denis Oussadon et Jacques Benaroche, un groupe qui vise grand

Denis Oussadon et Jacques Benaroche sont des hommes d’affaires spécialisés dans l’exploitation immobilière. Le premier, originaire de Casablanca au Maroc, et le second un Français de pure souche, se sont associés pour donner naissance à l’un des groupes incontournables dans le milieu foncier de la région Alsacienne, la Financière B&O Valim.
Les deux hommes détiennent en effet une grosse partie du centre historique de Strasbourg, notamment la rue de la Mésange, la rue des Grandes-Arcades et bien d’autres encore. Si le Français reste discret mais actif dans la gestion et la prise des décisions ; le Marocain, lui, se met au devant de la scène, assurant les actions marketing et la communication de l’entreprise.

Un groupe qui se spécialise dans différents secteurs

Depuis 1980 jusqu’à ce jour, les deux hommes se sont spécialisés dans le rachat et la rénovation des biens commerciaux comme les hôtels, les centres commerciaux, les boutiques, les palaces, etc. Ils ont laissé leur empreinte dans la plupart des grandes villes françaises comme Lille, Strasbourg, Bordeaux ou Paris. Ils sont également derrière l’opération du Printemps, un projet qui a donné naissance à la place de l’Homme-de-Fer situé à Strasbourg. Dans leur bureau au 17 rue du Vieux-Marchés-aux-Grains, les deux hommes prennent des décisions pour répondre aux attentes des personnes qui font appel à leurs services.
A soixante ans, les deux hommes continuent leur course et ils ne comptent pas céder le règne de l’empire Valim. Ils envisagent aujourd’hui de réaliser d’innombrables projets, dont les plus récents restent certainement les projets place Kléber ou encore le projet des Rêves de Palace à Strasbourg. Il faut reconnaître que les deux hommes doivent leur succès à leur côté discret et modeste, tout en tenant le cap sur leur objectif ultime qui est l’embellissement de la ville.

Par où commencer si l’on souhaite également investir ?

Constituer un patrimoine à l’aide de l’investissement immobilier est devenu accessible pour les communs des mortels. Cependant on ne devient pas investisseur en locatif du jour au lendemain. La réussite de votre placement dépend de votre connaissance et des choix que vous ferez pour atteindre vos objectifs. Découvrez des principes simples et des ressources utiles pour mettre toutes les chances de votre côté pour que votre investissement se passe bien et sans encombre, aussi bien sur le court que le long terme.

Un apprentissage avant tout

Un minimum de connaissance est indispensable avant de se mettre dans le placement immobilier. Définissez vos attentes et votre politique pour y arriver. Vous devez être adroit pour définir votre projet sur le long terme en prenant en compte tous les éléments et en sondant les nombreux dangers encourus. Ne vous sentez pas forcé d’investir sous les discours de certaines personnes qui vous obligent à prendre une décision qui ne vous satisfait en aucun cas. Ce qui distingue un bon investissement d’un mauvais tient parfois à peu de choses. Plus vous préparez votre projet et plus vous serez en mesure de limiter les risques. En effet, l’investissement locatif présente des risques. Il faut en avoir conscience avant de se lancer et il faut également que les bénéfices obtenus soient supérieurs aux placements sans risque. Voici différents éléments à prendre en compte avant de faire un investissement dans l’immobilier.

Comment les prix vont évoluer sur le long terme ?

Dans ce contexte, si vous souhaitez malgré tout placer dans l’immobilier, nous vous suggérons de cibler seulement les locations qui créent un excellent rendement. Pensez à bien sélectionner le choix du bien immobilier sur lequel vous allez investir. L’idéal serait que votre investissement vous apporte une rente locative suffisante tout en étant à un bon emplacement afin de conserver de l’attrait. Il faut parfois plusieurs mois avant de dénicher un bien qui correspond à ces critères. Le tout est de ne pas se précipiter sur n’importe quel type de bien, ni à n’importe quel prix. N’oubliez jamais que c’est toujours lors de la phase d’achat que vous réaliserez les meilleurs coups, et non lors de la phase de vente.

Commencer par le calcul de rentabilité

Faites vos calculs de rentabilité:
Calculez la rentabilité de votre investissement. En dessous de 6 % net, l’investissement est normal. Évitez donc les surprises ! C’est à vous de calculer le prix que vous pouvez donner en fonction du rendement que vous voulez obtenir. Pour cela vous devez obtenir le prix du loyer et être certain que c’est le véritable loyer. Faites confiance mais vérifiez ! Prenez également en compte le loyer potentiel qui correspond au loyer que pourrait obtenir le propriétaire actuel en faisant quelques changements simples. Ce sont ces mêmes changements que vous allez pouvoir faire immédiatement pour relever le loyer. Étudier aussi le futur loyer qui correspond à la progression supposée du loyer basée sur le bien, son environnement ainsi que le plafond d’augmentation encadré par la loi. Et comme tout investissement, pensez également aux frais d’entretien. Cela concerne le plus souvent les vieux bâtiments qui nécessitent plus d’entretiens, des entretiens qui sont souvent très cher.

Une taxe si vous vendez plus cher que le prix de votre achat

Lors de la vente de votre appartement ou de votre maison, vous devez également avoir conscience que si vous réalisez une plus-value, elle sera en partie taxée par l’État. Même si des abattements existent en fonction de la durée pendant laquelle vous aurez été propriétaire de ce bien, il faudra attendre 30 ans pour en être entièrement exonéré. Il existe toutefois un système de défiscalisation immobilière pour réduire vos impôts grâce à l’immobilier, l’immobilier faisant partie des secteurs les plus fournis en niche fiscale. Les lois permettant de déduire de ses impôts une partie du coût de son achat de logement neuf se succèdent période après période. Après la loi Robien, la loi Scellier et la loi Duflot, c’est aujourd’hui la loi de défiscalisation Pinel qui est en vigueur. Il existe également d’autres dispositifs fiscaux avantageux pour des investissements plus spécifiques (Censi-Bouvard, Girardin, etc). Vous pouvez recevoir une étude personnalisée pour un investissement défiscalisé.

Des conditions qui évoluent fréquemment

Dans le domaine de la fiscalité immobilière, il y a sans cesse des modifications, des suppressions et de nouveaux dispositifs qui apparaissent. En tant que propriétaire bailleur, vous devrez au minimum vous tenir au courant des modifications importantes. Par exemple, de nombreux investisseurs ont pu profiter du court délai qu’a laissé le gouvernement pour vendre avant la forte réduction des abattements sur les plus-values immobilières fin 2011. Tous ceux qui possédaient un bien depuis plus de 15 ans ont pu ainsi vendre en étant totalement exonéré d’impôt avant qu’il ne soit trop tard. Vous devez donc vous informer régulièrement sur ce type de changement fréquent dans le domaine de l’immobilier pour ajuster votre stratégie d’investissement.

Connaître les locataires que vous souhaitez ciblés

Vous souhaitez mettre en location votre bien pour des étudiants, des couples ou toute une famille ? C’est comme cela que vous pourrez choisir votre bien immobilier, un studio ou un F2. Le bon sens et la cohérence doivent être pris en compte lors de votre choix, et cela en fonction de votre cible et des personnes qui sont susceptibles de s’intéresser à votre bien.  Par conséquent, l’emplacement devra être choisi en fonction de la cible. Cela aura un impact majeur sur votre investissement. Facile à dire mais tout de même difficile à faire une fois sur le terrain.

Les facteurs qui attirent les gens dans une ville sont généralement le travail, les écoles et la réputation. S’il y a beaucoup d’emplois, la ville attire beaucoup d’habitants. Si elle possède une bonne réputation, c’est parfait. Les villes universitaires sont également en côte pour les étudiants. Viennent ensuite d’autres éléments comme les casinos, les aéroports, les bâtiments administratifs et les divertissements nationaux. Pensez à investir dans des villes avec des offres de biens limités, puisque si la ville dispose d’un grand nombre illimité de biens, votre investissement est mort. Posez également des questions sur la qualité des infrastructures, la progression de l’activité économique et bien d’autres encore pour sécuriser votre placement.

Faire des recherches, tout en effectuant des propositions
Avant de placer votre argent dans un tel ou tel projet, prenez le temps d’effectuer une visite des biens proposés en question. Certes, cela peut vous prendre des journées, mais avec les méthodes de recherches proposées actuellement, vous n’aurez aucune difficulté. Choisissez celui qui vous convient le mieux tels que l’Internet, les journaux, les agents immobiliers …

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Christophe Gruy, une entreprise à la pointe de la technologie

Christophe Gruy est à la tête du groupe MAÏA après avoir racheté les parts de l’entreprise en 1997. Non seulement cet homme d’affaires a sauvé l’entreprise qui allait être en faillite, mais son action a aussi permis d’éviter la suppression de nombreux postes. Découvrez comment Christophe Gruy s’est retrouvé avec 250M d’euros de chiffre d’affaires au cours de ces dernières années.

Une entreprise qui a le vent en poupe

Entreprise lyonnaise créée en 1908 par Amable Maja, MAÏA s’est spécialisée dans les travaux de pavage, et ce n’est que vers l’année 1926 que l’entreprise s’est orientée vers le domaine des travaux publics, du génie civil et de la construction de bâtiment. Vers la fin de l’année 1927, le fils d’Amable Maja a fusionné l’entreprise avec celle de SIONNIER &Cie, une fusion qui a permis à l’enseigne de prendre son envol. Parmi les chefs-d’œuvre créés par le groupe, il faut noter entre autre l’auditorium Maurice Ravel, bâti en 1974 ou encore l’Hôtel de la Communauté Urbaine du Grand Lyon.
L’entreprise a connue 30 glorieuses années avant de connaître différentes difficultés en 1997, ce qui l’a fait perdre de vitesse dans son secteur. C’est pour cette raison que Christophe Gruy a racheté les parts de l’entreprise, et en est devenu l’actionnaire majoritaire. Le nouveau Président Directeur Général ainsi que l’ensemble du personnel ont relevé les défis permettant au  groupe de redresser la pente.
Aujourd’hui le groupe MAÏA exploite 146 centrales électriques, construit différents ouvrages tels que des voies ferroviaires, des combinés gaz, et bien d’autres encore. Afin d’assurer le développement de son activité, le groupe se base sur l’hospitalité et la convivialité. Se trouvant parmi les plus grands acteurs dans le secteur immobilier français, le groupe MAÏA ne cesse de proposer des projets innovants qui misent sur l’excellence et la qualité de vie.

Comment faire pour se lancer dans ce genre d’aventure ? 

Constituer un patrimoine grâce à l’investissement immobilier est devenu un incontournable des communs des mortels. Par contre on ne devient pas investisseur en locatif du jour au lendemain. La réussite de votre placement dépend de votre connaissance et des choix que vous ferez pour atteindre vos objectifs. Découvrez des principes simples et des ressources utiles pour mettre toutes les chances de votre côté pour que votre investissement se passe bien et sans encombre, aussi bien sur le court que le long terme.

Se former, sur le tas ou auprès de professionnels

Un minimum de connaissance est indispensable avant de se mettre dans le placement immobilier. Définissez vos attentes et votre politique pour y arriver. Vous devez être adroit pour définir votre projet sur le long terme en prenant en compte tous les éléments et en sondant les nombreux dangers encourus. Ne vous sentez pas forcé d’investir sous les discours de certaines personnes qui vous obligent à prendre une décision qui ne vous satisfait en aucun cas. Ce qui distingue un bon investissement d’un mauvais tient parfois à peu de choses. Plus vous préparez votre projet et plus vous serez en mesure de limiter les risques. En effet, l’investissement locatif présente des risques. Il faut en avoir conscience avant de se lancer et il faut également que les bénéfices obtenus soient supérieurs aux placements sans risque. Voici différents éléments à prendre en compte avant de faire un investissement dans l’immobilier.

Rentabilité et perspective d’évolution des prix

Dans ce contexte, si vous souhaitez malgré tout placer dans l’immobilier, nous vous suggérons de cibler seulement les locations qui créent un excellent rendement. Pensez à bien sélectionner le choix du bien immobilier sur lequel vous allez investir. L’idéal serait que votre investissement vous apporte une rente locative suffisante tout en étant à un bon emplacement afin de conserver de l’attrait. Il faut parfois plusieurs mois avant de dénicher un bien qui correspond à ces critères. Le tout est de ne pas se précipiter sur n’importe quel type de bien, ni à n’importe quel prix. N’oubliez jamais que c’est toujours lors de la phase d’achat que vous réaliserez les meilleurs coups, et non lors de la phase de vente.

Une bonne gestion des biens en location

Si vous gérez déjà d’autres biens immobiliers, vous savez que la gestion courante d’une location prend du temps et demande diverses démarches régulières. Vous pouvez utiliser les mêmes modèles types et regrouper certaines démarches. En revanche, pour ceux qui veulent se lancer dans leur premier investissement locatif, il va falloir un peu plus de temps pour regrouper toutes les informations utiles et se procurer différents exemples de documents. Vous pouvez également sous-traiter la gestion de vos locations à une société spécialiste en la matière (agence immobilière, administrateur de bien, etc.). Il vous en coûtera une part des loyers perçus. Ce taux est en général compris entre 5 et 10 % du loyer hors charges. C’est donc un coût qui reste relativement important. Même si ces frais sont déductibles de vos revenus fonciers, ils viendront grever le rendement de votre investissement. Attention également aux tâches réellement réalisées par ces sociétés. Bien souvent, lorsque des problèmes plutôt sérieux se présentent, il revient généralement au propriétaire de les régler. Avec des rentabilités locatives actuellement très basses à cause des prix très élevés qu’il faut débourser pour s’acheter un logement pour le mettre en location par la suite, de nombreux investisseurs préfèrent gérer eux-mêmes leurs biens.

Bien prendre en compte la fiscalité immobilière

Il n’y a pas de réussite dans l’immobilier locatif sans une intégration des conséquences de la fiscalité immobilière. Attention à ce que les divers taxes et impôts ne transforment votre investissement en gouffre financier. En effet, sans tenir compte de ce facteur-là, vous pourrez décider d’investir dans des logements qui se révéleront être au final de mauvaises affaires. Des impôts qui réduisent fortement vos gains. Lorsque vous touchez en effet des loyers, vous devez payer des impôts dessus. Pour connaître en détail comme cela fonctionne, vous pouvez découvrir comment déclarer ses loyers aux impôts. En fonction du type de bien que vous faites louer (meublé ou non), du montant total de revenus fonciers bruts annuels, etc., vous aurez parfois le choix entre différents modes de déclaration. Vous aurez par exemple à choisir entre le micro-foncier et le régime réel si vos revenus locatifs ne dépassent pas 15 000 €.
Quel que soit votre mode de déclaration, pour une location non meublée, vous serez imposé sur vos revenus fonciers nets à 15.5 % pour les prélèvements sociaux (CSG et CRDS) et ces revenus s’ajouteront à vos revenus salariés. Ils seront donc également taxés en fonction de votre tranche marginale d’imposition. La note peut donc rapidement être salée, notamment pour ceux qui sont dans les tranches à 30 % ou plus.

Calculer en tenant en compte des taxes de plus values

Lors de la vente de votre appartement ou de votre maison, vous devez également avoir conscience que si vous réalisez une plus-value, elle sera en partie taxée par l’État. Même si des abattements existent en fonction de la durée pendant laquelle vous aurez été propriétaire de ce bien, il faudra attendre 30 ans pour en être entièrement exonéré. Il existe toutefois un système de défiscalisation immobilière pour réduire vos impôts grâce à l’immobilier, l’immobilier faisant partie des secteurs les plus fournis en niche fiscale. Les lois permettant de déduire de ses impôts une partie du coût de son achat de logement neuf se succèdent période après période. Après la loi Robien, la loi Scellier et la loi Duflot, c’est aujourd’hui la loi de défiscalisation Pinel qui est en vigueur. Il existe également d’autres dispositifs fiscaux avantageux pour des investissements plus spécifiques (Censi-Bouvard, Girardin, etc.). Vous pouvez recevoir une étude personnalisée pour un investissement défiscalisé.

Connaître les conditions et leur évolution

Dans le domaine de la fiscalité immobilière, il y a sans cesse des modifications, des suppressions et de nouveaux dispositifs qui apparaissent. En tant que propriétaire bailleur, vous devrez au minimum vous tenir au courant des modifications importantes. Par exemple, de nombreux investisseurs ont pu profiter du court délai qu’a laissé le gouvernement pour vendre avant la forte réduction des abattements sur les plus-values immobilières fin 2011. Tous ceux qui possédaient un bien depuis plus de 15 ans ont pu ainsi vendre en étant totalement exonéré d’impôt avant qu’il ne soit trop tard. Vous devez donc vous informer régulièrement sur ce type de changement fréquent dans le domaine de l’immobilier pour ajuster votre stratégie d’investissement.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Christian Rolloy, un entrepreneur à la carrière évolutive

C’était en 1969 que Christian Rolloy a créé le groupe PROMOGIM, un groupe familial qui se spécialisait dans la construction et la promotion immobilière. Il était en effet le premier acteur national indépendant dans les années 70, et détient des records en matière de projets immobiliers. Cet entrepreneur a réalisé au cours de ses années d’activités 100 000 logements et plus de 1 100 projets sur le sol français.
Si ses partenaires se spécialisaient dans la construction des biens commerciaux, Christian Rolloy a choisi les projets qui tournaient autour des mobiliers résidentiels. La politique de l’enseigne est orienté vers la construction des lieux de vie qui sont pérennes. Cela afin d’offrir le bien-être à toutes les familles mais aussi en générant le progrès. Quand à l’avenir, Christian Rolloy pense apporter dans chacune de ses réalisations le meilleur rapport entre la qualité, l’environnement, le mode de vie et bien entendu les liens sociaux.
En créant le groupe PROMOGIM, Christian Rolloy et son équipe assurent une sélection de bonnes adresses résidentielles dans les régions les plus sollicitées avec un cadre de vie des plus agréables. En ce qui concerne les architectures, cet acteur majeur dans la construction immobilière conçoit des bâtiments et résidences et mise sur la pérennité, assurant ainsi un excellent rapport qualité/prix.
Pour arriver à atteindre chacun de ses objectifs, Christian Rolloy mise sur la créativité, la responsabilité du groupe, la confiance mutuelle entre les donneurs d’ordre et l’enseigne, le respect des engagements pris et surtout le respect de l’environnement et de la qualité de vie. C’est pour toutes ces raisons que le groupe se trouve parmi les tops 100 des promoteurs immobiliers les plus riches de France. L’innovation, la créativité et la vision sur le long terme garantissent l’aboutissement de chaque projet, permettant à cet entrepreneur de se hisser en tête des ventes immobilières.

Comment investir dans l’immobilier avec succès

Constituer un patrimoine grâce à l’investissement immobilier est devenu un incontournable des communs des mortels. Par contre on ne devient pas investisseur en locatif du jour au lendemain. La réussite de votre placement dépend de votre connaissance et des choix que vous ferez pour atteindre vos objectifs. Découvrez des principes simples et des ressources utiles pour mettre toutes les chances de votre côté pour que votre investissement se passe bien et sans encombre, aussi bien sur le court que le long terme.

Se former sur le tas ou auprès de professionnels
Un minimum de connaissance est indispensable avant de se mettre dans le placement immobilier. Définissez vos attentes et votre politique pour y arriver. Vous devez être adroit pour définir votre projet sur le long terme en prenant en compte tous les éléments et en sondant les nombreux dangers encourus. Ne vous sentez pas forcé d’investir sous les discours de certaines personnes qui vous obligent à prendre une décision qui ne vous satisfait en aucun cas. Ce qui distingue un bon investissement d’un mauvais tient parfois à peu de choses. Plus vous préparez votre projet et plus vous serez en mesure de limiter les risques. En effet, l’investissement locatif présente des risques. Il faut en avoir conscience avant de se lancer et il faut également que les bénéfices obtenus soient supérieurs aux placements sans risque. Voici différents éléments à prendre en compte avant de faire un investissement dans l’immobilier.

Rentabilité et perspective d’évolution des prix
Dans ce contexte, si vous souhaitez malgré tout placer dans l’immobilier, nous vous suggérons de cibler seulement les locations qui créent un excellent rendement. Pensez à bien sélectionner le choix du bien immobilier sur lequel vous allez investir. L’idéal serait que votre investissement vous apporte une rente locative suffisante tout en étant à un bon emplacement afin de conserver de l’attrait. Il faut parfois plusieurs mois avant de dénicher un bien qui correspond à ces critères. Le tout est de ne pas se précipiter sur n’importe quel type de bien, ni à n’importe quel prix. N’oubliez jamais que c’est toujours lors de la phase d’achat que vous réaliserez les meilleurs coups, et non lors de la phase de vente.

Apprendre à gérer ses biens en location

Si vous gérez déjà d’autres biens immobiliers, vous savez que la gestion courante d’une location prend du temps et demande diverses démarches régulières. Vous pouvez utiliser les mêmes modèles types et regrouper certaines démarches. En revanche, pour ceux qui veulent se lancer dans leur premier investissement locatif, il va falloir un peu plus de temps pour regrouper toutes les informations utiles et se procurer différents exemples de documents. Vous pouvez également sous-traiter la gestion de vos locations à une société spécialiste en la matière (agence immobilière, administrateur de bien, etc.). Il vous en coûtera une part des loyers perçus. Ce taux est en général compris entre 5 et 10 % du loyer hors charges. C’est donc un coût qui reste relativement important. Même si ces frais sont déductibles de vos revenus fonciers, ils viendront grever le rendement de votre investissement. Attention également aux tâches réellement réalisées par ces sociétés. Bien souvent, lorsque des problèmes plutôt sérieux se présentent, il revient généralement au propriétaire de les régler. Avec des rentabilités locatives actuellement très basses à cause des prix très élevés qu’il faut débourser pour s’acheter un logement pour le mettre en location par la suite, de nombreux investisseurs préfèrent gérer eux-mêmes leurs biens.

Bien prendre en compte la fiscalité immobilière

Il n’y a pas de réussite dans l’immobilier locatif sans une intégration des conséquences de la fiscalité immobilière. Attention à ce que les divers taxes et impôts ne transforment votre investissement en gouffre financier. En effet, sans tenir compte de ce facteur-là, vous pourrez décider d’investir dans des logements qui se révéleront être au final de mauvaises affaires. Des impôts qui réduisent fortement vos gains. Lorsque vous touchez en effet des loyers, vous devez payer des impôts dessus. Pour connaître en détail comme cela fonctionne, vous pouvez découvrir comment déclarer ses loyers aux impôts. En fonction du type de bien que vous faites louer (meublé ou non), du montant total de revenus fonciers bruts annuels, etc., vous aurez parfois le choix entre différents modes de déclaration. Vous aurez par exemple à choisir entre le micro-foncier et le régime réel si vos revenus locatifs ne dépassent pas 15 000 €.
Quel que soit votre mode de déclaration, pour une location non meublée, vous serez imposé sur vos revenus fonciers nets à 15.5 % pour les prélèvements sociaux (CSG et CRDS) et ces revenus s’ajouteront à vos revenus salariés. Ils seront donc également taxés en fonction de votre tranche marginale d’imposition. La note peut donc rapidement être salée, notamment pour ceux qui sont dans les tranches à 30 % ou plus.

Une taxe à payer si vous vendez plus cher que le prix de votre achat

Lors de la vente de votre appartement ou de votre maison, vous devez également avoir conscience que si vous réalisez une plus-value, elle sera en partie taxée par l’État. Même si des abattements existent en fonction de la durée pendant laquelle vous aurez été propriétaire de ce bien, il faudra attendre 30 ans pour en être entièrement exonéré. Il existe toutefois un système de défiscalisation immobilière pour réduire vos impôts grâce à l’immobilier, l’immobilier faisant partie des secteurs les plus fournis en niche fiscale. Les lois permettant de déduire de ses impôts une partie du coût de son achat de logement neuf se succèdent période après période. Après la loi Robien, la loi Scellier et la loi Duflot, c’est aujourd’hui la loi de défiscalisation Pinel qui est en vigueur. Il existe également d’autres dispositifs fiscaux avantageux pour des investissements plus spécifiques (Censi-Bouvard, Girardin, etc.). Vous pouvez recevoir une étude personnalisée pour un investissement défiscalisé.

Des conditions qui évoluent fréquemment

Dans le domaine de la fiscalité immobilière, il y a sans cesse des modifications, des suppressions et de nouveaux dispositifs qui apparaissent. En tant que propriétaire bailleur, vous devrez au minimum vous tenir au courant des modifications importantes. Par exemple, de nombreux investisseurs ont pu profiter du court délai qu’a laissé le gouvernement pour vendre avant la forte réduction des abattements sur les plus-values immobilières fin 2011. Tous ceux qui possédaient un bien depuis plus de 15 ans ont pu ainsi vendre en étant totalement exonéré d’impôt avant qu’il ne soit trop tard. Vous devez donc vous informer régulièrement sur ce type de changement fréquent dans le domaine de l’immobilier pour ajuster votre stratégie d’investissement.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Bruno Ledoux, la fibre immobilière depuis toujours

Un homme épanoui dans son quotidien, telle est la phrase qui peut définir Bruno Ledoux. Non seulement c’est un homme d’affaires mais c’est aussi un producteur cinématographique et un collectionneur de renom. Son secret, mettre tout en œuvre pour réaliser ses projets sans oublier pour autant ses passions. Il continue à diversifier ses activités et devient actionnaire du magazine Altice Media Group et bien d’autres encore.

Un début parmi tant d’autres
Mathématicien de formation, Bruno Ledoux est devenu un opérateur immobilier après avoir travaillé au sein de la gestion de quatre plateformes pétrolières appartenant à Total Oil Marine.  A ses débuts, il était actionnaire et cofondateur du Groupe Colbert, réalisant un grand nombre d’achats immobiliers. Ce groupe est en effet le propriétaire de plusieurs immeubles dans les quartiers les plus huppés de Paris et ses périphéries. Outre les biens immobiliers, le groupe possède également le Golf Club Saint-Tropez en 1995.
Grâce à son holding, Bruno Ledoux a sauvé le journal Libération de sa faillite, offrant une chance au journal de faire face à un changement drastique. Mis à part la Libération, il a également apporté son soutien au journal Le Nouvel Economiste, tout en présidant l’édition du journal. En 2015, il a investi une somme importante dans l’ouverture d’une autre entreprise, l’Altice Media Group, qui se charge de chapeauter les journaux et magazines Libération, l’Express, L’Etudiant et la chaîne de télévision 24 news. Le rachat de Surf Session fait également parti du palmarès de sauvetage réalisé par cet entrepreneur.
Ces engagements dans le milieu journalistique et de la presse n’ont pas empêché Bruno Ledoux de continuer son ascension dans le milieu immobilier. En 2016, il a été choisi pour construire deux tours jumelles mesurant 235 mètres de haut chacun à Suresnes. En dépassant de quelques mètres la tour First, ces deux tours dénommées Erosia vont devenir les tours les plus hautes de France. Les tours vont accueillir plus de 1 000 appartements, ce qui constituera un beau projet pour l’aménagement de cette partie de la ville.

Dans quel projet souhaitez vous vous embarquez ?

Alors, pensez à le traduire en lettre, à le chiffrer et vous aurez une idée du parcours qui vous reste à faire. Si vous avez décidé pour l’immobilier locatif, cela semble être beaucoup plus simple sur le tas, mais cela prend toute une autre tournure sur le papier. Toutefois, vous pourrez déjà vous faire une idée du processus à suivre : chercher un bien, financer l’investissement, gérer le bien et recommencer dès le début.

Les points à considérer avant d’investir

Trouvez un bon vendeur

L’une des règles de base est de faire un bon achat. Et Pour bien acheter, il n’y a pas de secrets, il faut juste acheter auprès d’une personne qui souhaite vendre réellement. La règle n°1 de l’investissement locatif est simple : dès l’achat vous êtes déjà bénéficiaire, et non en attendant la revente. Si ce n’est pas le cas, votre investissement n’en vaut pas la peine. Un achat trop cher peut ne pas être rentable une fois la propriété exploitée. Alors, pensez à acheter à bon prix. Prenez le temps de connaître la situation sur le marché, ses tendances et bien sûr son évolution sur le long terme. Vous éviterez ainsi de parier sur une augmentation surréaliste, alors qu’au final cela n’est pas le cas.
En vous concentrant sur la rentabilité immédiate, vous vous protégerez contre plusieurs risques dont notamment le fait de devoir revendre votre bien si jamais vous n’avez plus les moyens de l’entretenir.
Trouvez un vendeur qui ne gagne pas d’argent avec son investissement, qui habite loin de son bien et qui doit se déplacer, qui est mal informé sur le marché… et vous avez de bonnes chances d’acheter à un bon prix. Certes, c’est un peu fourbe, mais il y a toujours des gens qui sont pressés de vendre. Le prix d’achat décidera du bénéfice que vous allez réaliser sur le long terme. Alors, évitez de surestimer le bien.

Connaître votre cible
Vous souhaitez mettre en location votre bien pour des étudiants, des couples ou toute une famille ? C’est comme cela que vous pourrez choisir votre bien immobilier, un studio ou un F2. Le bon sens et la cohérence doivent être pris en compte lors de votre choix, et cela en fonction de votre cible et des personnes qui sont susceptibles de s’intéresser à votre bien.  Par conséquent, l’emplacement devra être choisi en fonction de la cible. Cela aura un impact majeur sur votre investissement. Facile à dire mais tout de même difficile à faire une fois sur le terrain.

Faire des recherches, tout en effectuant des propositions
Avant de placer votre argent dans un tel ou tel projet, prenez le temps d’effectuer une visite des biens proposés en question. Certes, cela peut vous prendre des journées, mais avec les méthodes de recherches proposées actuellement, vous n’aurez aucune difficulté. Choisissez celui qui vous convient le mieux tels que l’Internet, les journaux, les agents immobiliers …

Les principaux facteurs de décisions
Les facteurs qui attirent les gens dans une ville sont généralement le travail, les écoles et la réputation. S’il y a beaucoup d’emplois, la ville attire beaucoup d’habitants. Si elle possède une bonne réputation, c’est parfait. Les villes universitaires sont également en côte pour les étudiants. Viennent ensuite d’autres éléments comme les casinos, les aéroports, les bâtiments administratifs et les divertissements nationaux. Pensez à investir dans des villes avec des offres de biens limités, puisque si la ville dispose d’un grand nombre illimité de biens, votre investissement est mort. Posez également des questions sur la qualité des infrastructures, la progression de l’activité économique et bien d’autres encore pour sécuriser votre placement.

Les tendances et les personnes
Pour faciliter votre choix, partez à la rencontre de différentes personnes. Parlez, discutez et vérifiez les conclusions que vous avez faites auprès des autres. Vous pourrez ainsi connaître l’attente du  marché, le développement du secteur, le comportement des habitants et bien d’autres encore. Vous n’aurez aucun mal à imaginer la tendance et l’évolution du quartier dans les 10 prochaines années. Pour cela, vérifiez les points concernant les changements susceptibles d’y arriver, les nouvelles constructions et bien d’autres encore.

L’environnement immédiat
Les points clés à prendre en compte avant d’investir sont surtout les commerces, les écoles et les transports. C’est incontournable si vous souhaitez vendre. Plus le quartier est attractif, plus vous trouverez preneur. Avec ces éléments de bases dont chacun a besoin, il devient beaucoup plus facile de céder un bien à un bon prix. C’est toujours comme cela que ces entrepreneurs et promoteurs immobiliers ont opéré. Ils offrent le basique, et les acheteurs arrivent à concéder des choses. Il faut faire la différence entre marché et sous-marché.

Nombre de biens à visiter
Le nombre de biens à visiter peut être limité en fonction des lieux mais le principe de base reste simple. Plus vous visitez, plus vous aurez de chance de trouver un bien intéressant. Il peut s’agir de visiter 30 ou 50 appartements. Cela peut vous prendre du temps mais c’est le prix à payer pour trouver le diamant dans la mine. La visite des biens ne doit démarrer qu’après avoir fait vos recherches et après avoir défini vos objectifs étant donné que cela vous permet en quelques instants de prendre une décision. Évitez la concurrence en achetant un bien qui n’a pas encore été mis en vente, c’est l’idéal même si cela semble difficile dans certains quartiers.

Achetez non loin de chez vous
Toujours acheter près de chez soi rend les choses beaucoup plus simples. Ici, il s’agit d’acheter dans un endroit que vous connaissez bien, d’autant plus que c’est nécessaire pour les raisons suivantes : savoir réellement où vous achetez, pouvoir intervenir en cas de problème.
Ne vous confiez pas à un mandataire, c’est la solution la plus parfaite pour éviter les conflits entre locataires et propriétaires. Certes, des gestions à distance se sont parfaitement très bien passées, mais cela demande du courage et beaucoup de volonté entre les deux parties.

Les vrais ou faux dans l’investissement immobilier
Avec la baisse des prix dans l’ensemble des régions, beaucoup d’acteurs dans l’immobilier s’inquiètent aujourd’hui. Alors, pour réussir votre projet immobilier tout comme ce baron de l’immobilier, voici quelques conseils qui vous seront certainement d’une grande aide. En mettant de côté les mythes, vous ne risquerez pas de vous retrouver avec un investissement faussé.
L’investissement est réservé aux riches : nul besoin d’être riche pour pouvoir faire de l’emprunt et d’investir. Par contre, si vous avez hérité d’une grosse somme d’un oncle décédé aux Antilles, cela peut faire les affaires sans vous endetter pour rien. Cependant, pour investir dans le locatif, ne vous limitez pas sur des questions d’endettement, faites un choix.
Les gros investissements sont trop risqués, pensez à aller petit à petit : emprunter peu n’est pas souvent une bonne idée pour réussir, mieux vaux emprunter beaucoup d’autant plus que c’est devenu plus facile de nos jours. Si vous avez peu de ressources et que vous souhaitez miser sur de gros investissements, essayez d’avoir le même point de vue que les banques. Si elles vont vous emprunter pour acheter un appartement, le risque que vous arriverez à rembourser tous leurs argents est optimal en cas de problème, ce qui n’est pas le cas si vous empruntez pour acheter tout un immeuble et que vous arrivez à louer les 10 appartements qui le composent.
L’apport n’est pas forcément nécessaire pour s’enrichir dans l’immobilier : pour générer des revenus réguliers, ce n’est pas du tout conseillé. Vous n’aurez pas gagné en capital et vous risquerez de vous retrouver ruiné au bout de quelques semaines.
La connaissance est la clé de la réussite : cela n’est pas souvent indispensable, étant donné qu’il y avait des self-made-men qui ont réussi sans avoir connu le bla bla de l’immobilier. Soyez intéressé par votre secteur, démarrez votre projet et vous verrez, vous aurez l’occasion de connaître les gens dont vous avez besoin.
Être sûr de soi sans faire d’erreur est l’issue qui vous sauvera : un investissement présente toujours des risques, et chaque investisseur en prenant des risques a toujours eu peur. Comme cela fait partie du jeu de l’investissement, c’est tout à fait normal. Les problèmes seront toujours présents, mais la différence entre les personnes c’est la manière dont elles perçoivent ces problèmes. L’essentiel est de tout faire pour que le problème ne se transforme pas en catastrophe.
Les locataires, on ne peut pas leur faire confiance, ils cassent tout et détruisent tout à leur passage, et pour finir ils ne paient pas de loyer l’hiver venu : il y en a de sérieux, alors ne vous laissez pas buter avant même de commencer.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.