Marc Pietri, un entrepreneur révolutionnaire

Avec des bureaux sur la Côte d’Azur, Marc Pietri est actuellement à la tête du groupe Constructa. Cet homme d’affaires et père de famille n’a pas présagé son ascension, mais suivant son parcours, on peut dire que c’est un homme de poigne qui aime relever les défis.
Si Marc Pietri avait rejoint Constructa en 1973 en tant que Secrétaire Général, il est avait acquis la majorité des actions de l’enseigne en 1988. Le groupe ne cessa de se développer avec des constructions immobilières en France mais aussi aux Etats-Unis. La plupart des projets réalisés par Marc Pietri et son équipe ont été récompensés par différents prix comme l’Urban Land Institute, l’ICSC ou le MIPIM Awards. Non seulement le groupe s’occupe de la réalisation des projets immobiliers, mais aussi leur valorisation et leur gestion, un concept que le dirigeant a importé des Etats-Unis dans les années 90.
D’autres filiales du groupe ont été créé et cela pou répondre à un besoin constant en innovation et en développement urbain. Parmi cela, il faut noter certainement le Constructa Private Services, une filiale qui est destinée dans le conseil d’investissement pour une clientèle privée. Ces filiales ont permis au groupe de se développer et de se placer sur les premiers rangs en matière de promotion et construction immobilière.
Au cours de ces dernières années jusqu’à aujourd’hui, la politique de l’enseigne reste inchangée : construire pour les autres, en améliorant les cadres de vie, les lieux de travail, les espaces verts et même les lieux de rencontre. Cela contribue à la création des liens entre les personnes tout en assurant le dynamisme de chaque ville. Selon Marc Pietri, l’immobilier n’est pas uniquement  une question de territoires, il faut aussi prendre en compte le côté humain à savoir heurs habitudes, leurs coutumes et leur comportement. C’est grâce à cette marque de fabrique que Constructa a su répondre aux attentes des personnes qui lui ont fait appel depuis plus de 50 ans.
Vu la condition actuelle de l’immobilier en Métropole, l’investissement dans un appartement pour le mettre en location se montre assez risqué. Seulement un excellent bénéfice locatif permettra de réduire les risques avec un investissement locatif en période de réduction des coûts et d’alourdissement de la fiscalité immobilière. Il faudra bien sélectionner ses placements en 2016 pour en bénéficier.
Quand les prix des logements augmentent, l’investisseur en immobilier en tire profit. Il continue de percevoir des loyers pendant que son appartement prend de la valeur. Il pourra donc, en plus des revenus fonciers, obtenir une plus-value en cas de revente. En période de forte hausse des prix, les Français se sont donc rués sur l’immobilier et ont investi dans des studios ou des appartements pour en profiter.
Cependant, actuellement le secteur immobilier s’est retourné. Il a débuté un cycle baissier. Il est très important d’en avoir bien conscience avant de se lancer dans un achat pour louer pour les années à venir ! En effet, les investisseurs vont devoir réintroduire la notion de risque de moins-values dans leur raisonnement. Contrairement à un placement sur un livret bancaire ou tout autre produit sur lequel le capital est garanti, l’achat d’un appartement reste exposé à la possibilité d’une perte de capital si la valeur du bien diminue.
En règle générale en matière d’investissement, le risque de perte de capital se compense par un taux de rendement supérieur. Par contre, lorsque vous investissez dans de l’immobilier locatif, c’est à vous de calculer que la rentabilité est suffisante pour masquer les dangers de perte de capital.
Après une hausse quelques années auparavant, les prix sont de nouveau dirigés à la dépréciation depuis 2012 et ont de fortes chance de dévaler en 2016. Pour celui qui place son argent dans un appartement pour en tirer profit, cela veut dire qu’il peut être contraint de revendre à perte à court ou moyen terme. En investissant sur le long terme, ce risque diminue. Les cycles d’évolution en immobilier sont longs, entre 5 à 10 ans en moyenne. Un investissement au prix fort peut donc demander d’attendre plusieurs années avant de pouvoir revendre sans pertes, la patience est donc de mise.

Pourvoir et mettre en location des bureaux ou des murs d’entreprise
Un grand nombre d entreprises ou commerces ne sont pas propriétaires de leurs murs. Elles sont à la recherche d’un local ou d’un bureau. Vous pouvez donc placer son argent dans ce type de biens immobiliers pour avoir des sociétés comme locataires et non des particuliers. C’est un domaine qui a ses propres conventions. À vous de connaître ces caractéristiques. Néanmoins, le jeu en vaut souvent la chandelle avec des placements avec de meilleurs rendements que sur de l’immobilier d’habitation.
Investissement dans des résidences de vacances ou un hôtel
Diverses entreprises se sont cantonnées dans des résidences de vacances, des hôtels ou encore des campings. Elles proposent parfois à des particuliers de placer leur argent à leurs côtés dans de nouveaux biens immobiliers afin d’augmenter leurs offres et leur chiffre d’affaire.

Choisir le crowdfunding immobilier
C’est une nouveauté apparue assez récemment avec la généralisation d’Internet dans les foyers et la venue de nouveaux usages. Le financement participatif est un procédé de financement qui se développe dans plusieurs domaines et le bien immobilier n’échappe pas à ce nouveau phénomène. Vous pouvez donc financer des projets immobiliers à l’aide des plateformes de financements participatifs, notamment celles spécialisées dans l’immobilier.

Certains investisseurs ont la faculté pour dénicher des affaires en or. Acheter un bien dans la pierre à un prix bien plus bas que celui du marché actuel, moderniser ce bien pour lui donner une meilleure apparence et faire monter son coût de vente en quelques mois et le vendre rapidement avec une plus-value importante à la clé. Attention cela demande des connaissances précises de votre marché d’un bien immobilier local et de home staging. Vous ne pourrez également en faire que très peu sous peine que vos transactions soient requalifiées en tant que marchands de biens (et donc avec une fiscalité beaucoup plus lourde car adaptée pour un professionnel de ce type d’opération). Il faudra également faire avec la forte imposition sur les plus-values immobilières.
Pour des investissements pendant moins de 6 ans, il n’y a aucune exonération sur la plus-value. Une grande partie des rentes part donc en impôt et prélèvements sociaux. On parle de ce type d’investissement en achat-revente court terme. Celui qui fait cela pendant une période où les prix de l’dans la pierre sont en forte augmentation peut créer des bénéfices importants malgré l’imposition. Pour conclure : il y a de multiples façons de faire du placement dans la pierre.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Gérard Teychené, un investisseur pour tous les comptes

De Belgique à Luxembourg, en passant par la Suisse pour arriver en France, Gérard Teychené est un nom très connu dans le secteur immobilier. Il est à la tête de la Financière Teychené et reste l’un des premières foncières privées qui gère actuellement différents types d’activités.
Depuis ses 30 ans d’existence, ce groupe est reconnu pour être la première « foncières privées non cotées en Bourse ». Il diversifie son patrimoine, mais il reste fidèle à sa vocation première, la commercialisation des biens immobiliers dans le but de les valoriser et de les conserver sur le long terme. Actuellement, Gérard Teychené et son équipe gère leur propre parc immobilier réparti sur 740 000 m² avec au total plus de 2 000 locataires.

Début de la financière Teychené
Avant d’être un acteur incontournable dans l’investissement immobilier en France, Gérard Teychené avait été un promoteur immobilier indépendant. Il a développé son activité afin d’offrir une gamme complète dans le secteur immobilier. Efficacité et réactivité font partie des stratégies de base permettant à son groupe d’atteindre ses objectifs. C’est pour cette raison qu’elle a mis en place son équipe commerciale, assurant le bon fonctionnement des locataires et des propriétaires ne souhaitant pas s’engager dans les renouvellements des baux ou encore la gestion des lots libérés.
Grâce aux solutions locatives personnalisées qu’elle propose, le groupe de Gérard Teychené reste un acteur que beaucoup d’investisseurs immobiliers appellent pour leur projet. Aujourd’hui, l’enseigne détient un chiffre d’affaires de 7500M d’euros, ce qui le hisse parmi les groupes les plus fortunés de France.

Un investissement sur le long ou le court terme ?
Face à la conjoncture actuelle du marché de  l’immobilier en France, l’investissement dans un bien pour le mettre en location se montre assez audacieux. Seule une parfaite bénéfice locatif permettra de compenser les risques liés à un investissement locatif en période de baisse des prix et d’augmentation de la fiscalité immobilière. Il faudra bien choisir ses investissements en 2016 pour s’en sortir gagnant.
Quand les prix des logements augmentent, le promoteur en immobilier en sort gagnant. Il continue de percevoir des loyers pendant que son appartement prend de la valeur. Il pourra donc, en plus des revenus fonciers, obtenir une plus-value en cas de revente. En période de forte hausse des prix, les Français se sont donc rués sur l’immobilier et ont investi dans des studios ou des appartements pour en profiter.
Seulement, aujourd’hui le marché immobilier s’est retourné. Il a entamé un cycle baissier. Il est très important d’en avoir bien conscience avant de se lancer dans un achat pour louer pour les années à venir ! En effet, les investisseurs vont devoir remettre la notion de risque de moins-values dans leur raisonnement. Contrairement à un placement sur un livret bancaire ou tout autre produit sur lequel le capital est garanti, l’achat d’un appartement reste exposé à la possibilité d’une perte de capital si la valeur du bien diminue.
En règle générale en matière d’investissement, le risque de perte de capital se compense par un taux de rendement supérieur. Seulement, lorsque vous investissez dans de l’immobilier locatif, c’est à vous de vous assurer que le bénéfice est suffisant pour couvrir les risques de perte de capital.
Après une hausse quelques années de cela, les prix sont de nouveau orientés à la dévaluation depuis 2012 et ont de fortes chance de baisser en 2016. Pour celui qui place son argent dans un appartement pour le louer, cela sous entend qu’il peut être forcé de revendre sans intérêt à court ou moyen terme. En plaçant sur le long terme, ce risque se résorbe. Les cycles d’évolution en immobilier sont longs, entre 5 à 10 ans en moyenne. Un investissement au prix fort peut donc demander d’attendre plusieurs années avant de pouvoir revendre sans pertes, la patience est donc de mise.

Quelle solution pour résoudre ce genre de situation ?
Si vous souhaitez poursuivre votre rêve en matière d’investissement, voici quelques suggestions qui devront vous aider certainement :

Dénicher un bon vendeur
L’une des règles de base est faire un bon achat. Pour bien acheter, il n’y a pas de secrets, il faut acheter auprès d’une personne qui souhaite vendre réellement. La règle n°1 de l’investissement locatif est simple : dès l’achat vous êtes déjà bénéficiaire, et non en attendant la revente. Si ce n’est pas le cas, votre investissement n’en vaut pas la peine. Un achat trop cher peut ne pas être rentable une fois la propriété exploitée. Alors, pensez à ache ter à bon prix. Prenez le temps de connaître l’état du marché, les tendances et bien sûr l’évolution de ce dernier sur le long terme. Vous éviterez ainsi de parier sur une augmentation surréaliste, alors qu’au final cela n’est pas le cas.
En vous concentrant sur la rentabilité immédiate, vous vous protégerez contre plusieurs choses dont notamment le fait de devoir revendre votre bien si jamais vous n’avez plus les moyens de l’entretenir.
Trouvez un vendeur qui ne gagne pas d’argent avec son investissement, qui habite loin de son bien et qui doit se déplacer, qui est mal informé sur le marché et vous avez de bonnes chances d’acheter à un bon prix. Certes, c’est un peu fourbe, mais il y a toujours des gens qui sont pressés de vendre. Le prix d’achat décidera du bénéfice que vous allez réaliser sur le long terme, alors, évitez de surestimer le bien.

A qui s’adresse votre location ?
Vous souhaitez louer pour des étudiants, des couples ou toute une famille ? C’est comme cela que vous pourrez choisir votre bien immobilier, un studio ou un F2. Le bon sens et la cohérence doivent être pris en compte lors de votre choix, et cela en fonction de votre cible et des personnes qui sont susceptibles de s’intéresser à votre bien.  Par conséquent l’emplacement devra être choisi en fonction de la cible. Cela aura un impact majeur sur votre investissement. Facile à dire mais difficile à faire une fois sur le terrain.

Réaliser des recherches au préalable
Avant de placer tout votre argent dans un tel ou tel projet, prenez le temps d’effectuer une visite des biens proposés en question. Certes, cela peut vous prendre des journées, mais avec les méthodes de recherches proposées actuellement, vous n’aurez aucune difficulté. Choisissez celui qui vous convient le mieux tels que : internet, journaux, agents immobiliers …

Des facteurs à prendre en compte
Les facteurs qui attirent les gens dans une ville concernent entre autres : le travail, les écoles et la réputation. S’il y a beaucoup d’emplois, la ville attire des habitants. Si elle possède une bonne réputation, c’est parfait. Les villes universitaires sont également en côte pour les étudiants. Viennent ensuite d’autres éléments comme les casinos, les aéroports, les bâtiments administratifs et les divertissements nationaux. Pensez à investir dans des villes avec des offres de biens limités, puisque si la ville dispose d’un grand nombre illimité de biens, votre investissement est mort. Posez également des questions sur la qualité des infrastructures, la progression de l’activité économique et bien d’autres encore pour sécuriser votre placement.

Quelles tendances d’ici quelques années ?
Pour faciliter votre choix, partez à la rencontre d’autres personnes. Parlez, discutez et vérifiez les conclusions que vous avez faites auprès des autres. Vous pourrez ainsi connaître l’attente du  marché, le développement du secteur et bien d’autres encore. Vous n’aurez aucun mal à imaginer la tendance et l’évolution du quartier dans les 10 prochaines années. Pour cela, vérifiez les points concernant les changements susceptibles d’y arrivé, les nouvelles constructions et bien d’autres encore.

Connaître l’environnement en fonction des besoins
Les points clés à prendre en compte avant d’investir sont : les commerces, les écoles et les transports. Cela est incontournable si vous souhaitez vendre. Plus le quartier est attractif, plus vous trouverez preneur. Avec ces éléments de bases dont chacun à besoin, il devient beaucoup plus facile de céder un bien à un bon prix. C’est toujours comme cela que ces entrepreneurs et promoteurs immobiliers ont opérés. Ils offrent le basique, et les acheteurs arrivent à concéder des choses. Faut faire la différence entre marché et sous-marchés.

Calculer le nombre de biens à visiter
Le nombre de biens à visiter peut être limité en fonction des lieux mais le principe de base reste simple : plus vous visitez, plus vous aurez de chances de trouver un bien intéressant. Il peut s’agir de visiter 30 ou 50 appartements. Cela prend du temps mais cela reste le prix à payer pour trouver le diamant dans la mine. La visite des biens ne doit démarrer qu’après avoir fait vos recherches et définis vos objectifs car cela vous permet en quelques instants de prendre une décision. Évitez la concurrence en achetant un bien qui n’a pas encore été mis en vente, c’est l’idéal même si cela semble difficile dans certains quartiers.

Misez sur la proximité de l’investissement
Toujours acheter près de chez soi rend les choses beaucoup plus simples. Ici, il s’agit d’acheter dans un endroit que vous connaissez bien, d’autant plus que c’est nécessaire pour les raisons suivantes : savoir réellement où vous achetez, pouvoir intervenir en cas de problème.
Si vous ne vous confiez pas à un mandataire, cela semble être la solution la plus parfaite pour éviter les conflits entre locataires et propriétaires. Certes, des gestions à distance se sont parfaitement très bien passé, mais cela demande du courage et beaucoup de volonté entre les deux parties.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Malik Benrejdal, un self made man qui fait parler de lui

Quand le web se met au service des promoteurs immobiliers, cela donne I@D. C’est cette perspective que Malik Benrejdal et Jérôme Chabin avaient en tête pour lancer leur activité immobilière. Huit ans après, cela a donné de beaux résultats, puisqu’ils se sont retrouvés à la tête d’une fortune qui les hisse parmi les hommes et femmes les plus riches de France.

Une vision sur le long terme
C’était en 2008 que Malik Benrejdal et Jérôme Chabin, ainsi que leur compagnon de fortune Sébastien Caille l’entreprise I@D. Partis de rien, les trois hommes ne disposaient que d’un garage en guise de bureau pour réaliser leur projet. En effet, cela est né de l’envie de créer un réseau immobilier qui mise sur l’innovation.
Leur cible était des particuliers qui rêvaient d’acquérir ou de vendre un bien immobilier, avec un excellent rapport qualité/prix. Ils ont décidé de valoriser le rôle des agents immobiliers, et aujourd’hui, leur entreprise connaît un réel succès. Comme les trois hommes avaient leur propre parcours dans le secteur de l’immobilier, ils n’avaient aucun mal à mettre en place leur entreprise.
Afin de proposer un service qui mise sur la compétitivité, Malik Benrejdal et Jérôme Chabin ont adopté le web comme outil de travail. Non seulement, cela est bénéfique pour le client, mais il a également permis d’offrir un environnement de travail stable et optimal pour chaque agent. Et comme les fondateurs de ce groupe misent sur la stratégie du marketing de réseau, ils ont offert à leur agent la possibilité d’élargir leur secteur d’activité. L’année 2016, le groupe compte 3 000 conseillers qui assurent la gestion et l’enregistrement de 300 000 mandats.
Le groupe vise actuellement d’autres perspectives d’avenir beaucoup plus radieuses avec des défis à relever et des mandats à gérer. C’est pour cela qu’il reste fidèle à sa politique de lancement : honoraires adaptés à chaque budget, réglementation des produits et services proposés auprès de la clientèle et enfin, le respect de la déontologie qui régit la profession de promoteur et mandataire immobilier.
Avec la conjoncture actuelle de l’immobilier en France, le placement dans la pierre pour le louer s’avère assez risqué. Seule une bonne rentabilité locative permettra de balancer les risques en rapport avec un investissement locatif en période de rabais des prix et d’accroissement de la fiscalité immobilière. Il faudra bien prendre soin de ses placements en 2016 pour en voire les couleurs.
Lorsque les tarifs des biens augmentent, le placeur en immobilier en sort gagnant. Il continue de percevoir des loyers pendant que son appartement prend de la valeur. Il pourra donc, en plus des revenus fonciers, obtenir une plus-value en cas de revente. En période de forte hausse des prix, les Français se sont donc rués sur l’immobilier et ont investi dans des studios ou des appartements pour en profiter.
Cependant, en ce moment le secteur immobilier s’est retourné. Il a entamé un cycle baissier. Il est très important d’en avoir bien conscience avant de se lancer dans un achat pour louer pour les années à venir ! En effet, les investisseurs vont devoir remettre la notion de risque de moins-values dans leur raisonnement. Contrairement à un placement sur un livret bancaire ou tout autre produit sur lequel le capital est garanti, l’achat d’un appartement reste exposé à la possibilité d’une perte de capital si la valeur du bien diminue.
Selon les règles d’investissement, la menace de perte de capital se compense par un taux de rendement supérieur. Cependant, lorsque vous investissez dans de l’immobilier locatif, c’est à vous de vous assurer que la rentabilité est suffisante pour recouvrir les risques de perte de capital.
Après un rebond quelques années auparavant, les prix sont de nouveau dirigés à la baisse depuis 2012 et ont de fortes chance de baisser en 2016. Pour celui qui place son argent dans un appartement pour la location, cela sous entend qu’il peut être obligé de mettre sur le marché sans intérêt à court ou moyen terme. En investissant sur le long terme, ce risque se résorbe. Les cycles d’évolution en immobilier sont longs, entre 5 à 10 ans en moyenne. Un investissement au prix fort peut donc demander d’attendre plusieurs années avant de pouvoir revendre sans pertes, la patience est donc de mise.
Se procurer et céder des bureaux ou des murs d’entreprise
Un grand nombre d entreprises ou commerces ne sont pas propriétaires de leurs murs. Elles sont à la recherche d’un local ou d’un bureau. Vous pouvez donc placer son argent dans ce type de biens immobiliers pour avoir des agences comme locataires et non des particuliers. C’est un domaine qui dispose ses propres usages. À vous de vous renseigner sur ces spécificités. Néanmoins, le jeu en vaut souvent la chandelle avec des placements avec de meilleurs rendements que sur de l’immobilier d’habitation.

Investissement dans des résidences de vacances ou un hôtel
Différentes sociétés se sont expérimentées dans des résidences de vacances, des hôtels ou encore des campings. Elles proposent parfois à des particuliers de placer leur argent à leurs côtés dans de nouveaux biens immobiliers afin d’augmenter leurs offres et leur chiffre d’affaire.

Opter pour le crowdfunding immobilier
C’est une nouveauté apparue assez récemment avec la mise en place d’Internet dans les foyers et l’apparition de nouvelles utilisations. Le financement participatif est une technique de financement qui se développe dans plusieurs domaines et l’immobilier n’échappe pas à ce nouveau phénomène. Vous pouvez donc financer des projets dans la pierre à l’aide des plateformes de financements participatifs, notamment celles spécialisées dans l’immobilier.

Faire un placement dans la rente
Quelques investisseurs ont la compétence pour trouver des affaires en or. Acheter un bien appartement à un prix bien plus bas que celui du marché actuel, moderniser ce bien pour lui donner une meilleure apparence et faire élever son coût de vente  et le vendre rapidement avec une plus-value importante à la clé. Attention cela demande des connaissances précises de votre marché immobilier local et de home staging. Vous ne pourrez également en faire que très peu sous peine que vos transactions soient requalifiées en tant que marchands de biens (et donc avec une fiscalité beaucoup plus lourde car adaptée pour un professionnel de ce type d’opération). Il faudra également faire avec la forte imposition sur les plus-values immobilières.
Pour des investissements pendant moins de 6 ans, il n’y a aucune exonération sur la plus-value. Une grande partie des profits part donc en taxe et prélèvements sociaux. On parle de ce type de placement en achat-revente court terme. Celui qui fait cela au cours d’une période où les prix de l’immobilier sont en forte hausse peut générer des avantages importants malgré l’imposition. Pour conclure : il y a de multiples façons de faire de l’investissement immobilier.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.