EUROPEQUIPEMENTS, incontournable dans les projets immobiliers

Olivier Pelat est le président directeur général groupe EUROPEQUIPEMENTS, l’un des acteurs les plus connus dans le milieu immobilier en France. Cette enseigne réalise en effet des projets immobiliers multifonctions tels que les bureaux, les centres commerciaux, les hôtels et même les logements. Cette variété de ses activités lui a permis de se hisser dans le top 100 des entreprises françaises les plus riches.
EUROPEQUIPEMENTS est aussi connu en zone urbaine qu’en périphérie. Il apporte son savoir-faire pour restructurer le cœur des villes tout en aménageant les friches industrielles qui se trouvent dans les entrées de ville. Grâce à ses années d’expériences, Olivier Pelat a su offrir un gage de qualité et de longévité pour ses réalisations.
Interrogé sur  le sucess story de son entreprise, Olivier Pelat a répondu que c’est avant tout un travail de toute une équipe aux talents et compétences multiples. Les leaders de l’enseigne sont également des professionnels disponibles et capables de prendre des décisions selon les situations, et cela au moment voulu. Afin de répondre aux besoins de sa clientèle, l’enseigne prend en compte les aspects économiques, environnementaux et sociaux de chaque chantier. Cela permet en effet de réduire les impacts négatifs que peuvent avoir une construction sur l’endroit en général. C’est grâce à cette vision et perspective que l’enseigne a pu réaliser un chiffre d’affaires allant jusqu’à 1 000M d’euros au cours de ces dernières années.

L’année 2016, parfaite pour investir ou non dans l’immobilier ?
Étant donné la disposition actuelle de l’immobilier en France, Acheter un appartement pour le mettre en location sera peu intéressant en 2016.
Des prix d’achats très élevés, une rentabilité moyenne très basse, une fiscalité ainsi que des coûts d’entretien et réparation en hausse… Compte tenu de ces éléments, le moment n’est pas vraiment propice pour réaliser un investissement en immobilier locatif en 2016.

Quand les prix des logements augmentent, le promoteur en immobilier est doublement gagnant. Il continue de percevoir des loyers pendant que son appartement prend de la valeur. Il pourra donc, en plus des revenus fonciers, obtenir une plus-value en cas de revente. En période de forte hausse des prix, les Français se sont donc rués sur l’immobilier et ont investi dans des studios ou des appartements pour en profiter.
Seulement voilà ! On constate actuellement un retournement de situation dans le secteur immobilier avec un cycle qui tend de plus en plus vers la baisse. Il est très important d’en avoir bien conscience avant de se lancer dans un achat pour près le mettre en location pour les années à venir ! En effet, les investisseurs vont devoir tenir compte de la notion de risque de moins-values dans leur raisonnement. Contrairement à un placement sur un livret bancaire ou tout autre produit sur lequel le capital est garanti, l’achat d’un appartement reste exposé à la possibilité d’une perte de capital si la valeur du bien diminue.
En règle générale en matière d’investissement, la peur de perte de capital se compense par un taux de rendement supérieur. Seulement, lorsque vous investissez dans de l’immobilier locatif, c’est à vous de calculer que le bénéfice est assez suffisant pour masquer les écueils de perte de capital.
Après un rebondissement quelques années auparavant, les prix sont de nouveau orientés à la baisse depuis 2012 et ont de fortes chance de diminuer encore dans les années à venir. Pour celui qui achète un appartement pour le mettre en location après, cela sous entend qu’il peut être forcé de vendre à perte à court ou à moyen terme. En investissant sur le long terme par contre, le risque diminue. Les cycles d’évolution en immobilier sont longs, entre 5 et 10 ans en moyenne. Un investissement au prix fort peut donc demander d’attendre plusieurs années avant de pouvoir revendre sans pertes. La patience est donc de mise.

Le taux de rentabilité doit tenir compte de ces risques

Pour tenir compte des prix immobiliers actuellement très élevés et des risques liés à ce fait, vous devez sélectionner des biens qui vous apportent un taux de rendement suffisamment important. En temps normal, un taux de rendement brut de 6 % paraît être le minimum acceptable pour commencer à s’intéresser à un logement pour de l’investissement locatif. Cela permet, une fois les impôts fonciers payés, la CSG-CRDS et les autres frais liés à cet investissement, d’obtenir une rentabilité nette un peu plus élevée qu’un livret bancaire.
Avec un bien qui a une probabilité non négligeable de perdre de la valeur à court et à moyen terme, il peut être judicieux de choisir un seuil plus élevé de rentabilité. Malheureusement, quand on regarde le tableau des rentabilités d’un investissement locatif dans les 100 plus grandes villes de France, on se rend vite compte que c’est loin d’être évident d’obtenir une aussi bonne rentabilité. Vous devrez pour cela rechercher des biens sous-cotés dans un secteur où la demande en location reste suffisamment importante. Réduire ses impôts en 2016 en investissant dans un appartement.
Pour améliorer un peu ses mauvaises conditions pour investir dans l’immobilier en 2016, il y a toujours différentes possibilités d’obtenir des réductions d’impôt en choisissant des investissements immobiliers qui permettent une défiscalisation.
La grande nouveauté pour cette année 2016 est la défiscalisation Pinel. Les conditions restent les mêmes pour le Pinel que le Duflot en 2014 à quelques légères modifications près. Ce nouveau dispositif vient remplacer l’ancienne loi Scellier. Il propose une diminution d’impôts plus importante, mais il sera réservé à un nombre plus restreint de villes et surtout il imposera des loyers modérés pendant toute la durée de la défiscalisation. Si vous êtes intéressé par ce type d’investissement, demandez une étude gratuite pour réduire vos impôts. L’investissement en Pinel sera intégré dans le plafond des niches fiscales de 10 000 € par foyer et par an. Pour diminuer son revenu imposable sans recourir à une niche fiscale, il est toujours possible de générer du déficit foncier. Face à ce changement en fiscalité, c’est un mécanisme qui retrouve davantage d’attrait auprès des investisseurs.
Acheter un appartement pour le mettre en location sera peu intéressant en 2016.
Des prix d’achats très élevés, une rentabilité moyenne très basse, une fiscalité ainsi que des coûts d’entretien et réparation en hausse… Compte tenu de ces éléments, le moment n’est pas vraiment propice pour réaliser un investissement en immobilier locatif en 2016. Les risques de réaliser un mauvais investissement sont importants si on ne prend pas certaines précautions (investissement sur le long terme, rentabilité locative suffisante, bonne prise en compte des frais et de la fiscalité, etc.). Néanmoins, dans certains départements de Province, les prix ont déjà bien baissé depuis le pic de 2008. En étant patient et en connaissant bien son marché immobilier local, il peut encore être possible de trouver la perle rare.

Mettre de côté les mythes en immobilier

Et comme vous souhaitez profiter de ce secteur en investissant dans la pierre malgré son ralenti. Alors, voici quelques mythes que vous devriez vous détourner pour pouvoir réaliser votre placement :
L’investissement est réservé aux riches : nul besoin d’être riche pour pouvoir faire de l’emprunt et d’investir. Par contre, si vous avez hérité d’une grosse somme d’un oncle décédé aux Antilles, cela peut faire les affaires sans vous endetter pour rien. Cependant, pour investir dans le locatif, ne vous limitez pas sur des questions d’endettement, faites un choix.
Les gros investissements sont trop risqués, pensez à aller petit à petit : emprunter peu n’est pas souvent une bonne idée pour réussir, mieux vaux emprunter beaucoup d’autant plus que c’est devenu plus facile de nos jours. Si vous avez peu de ressources et que vous souhaitez miser sur de gros investissements, essayez d’avoir le même point de vue que les banques. Si elles vont vous emprunter pour acheter un appartement, le risque que vous arriverez à rembourser tous leurs argents est optimal en cas de problème, ce qui n’est pas le cas si vous empruntez pour acheter tout un immeuble et que vous arrivez à louer les 10 appartements qui le composent.
L’apport n’est pas forcément nécessaire pour s’enrichir dans l’immobilier : pour générer des revenus réguliers, ce n’est pas du tout conseillé. Vous n’aurez pas gagné en capital et vous risquerez de vous retrouver ruiné au bout de quelques semaines.
La connaissance est la clé de la réussite : cela n’est pas souvent indispensable, étant donné qu’il y avait des self-made-men qui ont réussi sans avoir connu le bla bla de l’immobilier. Soyez intéressé par votre secteur, démarrez votre projet et vous verrez, vous aurez l’occasion de connaître les gens dont vous avez besoin.
Être sûr de soi sans faire d’erreur est l’issue qui vous sauvera : un investissement présente toujours des risques, et chaque investisseur en prenant des risques a toujours eu peur. Comme cela fait partie du jeu de l’investissement, c’est tout à fait normal. Les problèmes seront toujours présents, mais la différence entre les personnes c’est la manière dont elles perçoivent ces problèmes. L’essentiel est de tout faire pour que le problème ne se transforme pas en catastrophe.
Les locataires, on ne peut pas leur faire confiance, ils cassent tout et détruisent tout à leur passage, et pour finir ils ne paient pas de loyer l’hiver venu : il y en a de sérieux, alors ne vous laissez pas buter avant même de commencer.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

 

Laisser un commentaire