Maurice BANSAY, Apsys achète le siège du PS

La fin d’une histoire, la vente du siège historique du parti socialiste a été actée. Souvent désigné sobrement “Solferino” du nom de sa rue située dans le 7ème arrondissement de Paris, ce magnifique hôtel particulier va connaître un nouveau chapitre après son acquisition par le groupe immobilier français Apsys pour un montant légèrement supérieur à 45 millions d’euros.
Si le bâtiment reste célèbre pour avoir accueilli le Parti socialiste pendant presque quarante ans, son histoire riche en rebondissements reste mouvementée.
Reliant le boulevard Saint-Germain à la Seine, cette magnifique artère percée sous le second Empire porte le nom de la célèbre victoire remportée par Napoléon III lors de sa campagne italienne en 1859.

Les locaux furent d’abord occupés en 1934 par la Fédération générale des fonctionnaires de la CGT, avant d’en être chassée en 1940 par les forces de l’occupation pour devenir un temps le siège du ministère de l’information en charge de la propagande du régime de Vichy. C’est d’ailleurs au sein même du bâtiment que le ministre de l’information Philippe Henriot sera assassiné par les troupes de la résistance.

En guise d’épilogue sanglant l’immeuble sera repris par les armes au cours des dernières heures de l’occupation en août 1944 par les résistants fonctionnaires et syndicalistes. Il deviendra dès lors et jusqu’en 1978 un haut lieu du mouvement syndicaliste, d’abord siège des fonctionnaires CGT puis accueillant ceux qui sont issus des scissions successives de l’organisation syndicale (UGFF-CGT, FGF-FO et FEN).

Jusqu’alors logé place du Palais-Bourbon, le parti socialiste, après sa victoire de 1981 se porte acquéreur de 10 rue de Solférino dans ce même 7eme arrondissement. Le siège du PS qui sera qualifié au fil du temps par sa seule adresse “rue de Solferino” deviendra au gré des élections successives un lieu de fête, de tristesse voire de recueillement après la déroute du parti aux dernières élections présidentielles. Déroute directement à l’origine de la décision du parti socialiste en septembre 2017 de mettre en vente de l’édifice de 3.389 mètres carrés répartis sur trois bâtiments.

Et après un processus long de 3 mois c’est la société apsys fondée par Maurice Bansay qui a été choisie grâce à une offre qui “outre le fait de respecter le cahier des charges, s’est avérée la mieux-disante : proposition d’un prix net vendeur de 45.550.000 €» dixit le communiqué du parti socialiste publié le mardi 19 décembre 2017. L’acte de vente définitif sera lui signé à la fin du mois de février 2018, laissant les socialistes occuper les locaux jusqu’au 30 septembre 2018 le temps pour eux de trouver dans l’intervalle un autre point de chute et tâche autrement plus ardue, tenter de se réinventer.

Pour l’heure les regards sont tournés vers la société fondée par Maurice Bansay à la fin des années 90, célèbre pour avoir créé des espaces commerciaux mêlant lieux de loisirs et d’achats. Le groupe français à capitaux familiaux s’est d’abord illustré en Pologne (Manufaktura, Posnania) avant d’importer les recettes de son succès en France (Beaugrenelle et Vill’up à Paris ou Muze à Metz pour les réalisations plus illustres). Plus d’une trentaine de centres conçus comme des “lieux iconiques” sont ainsi gérés. Un total conséquent auquel il convient d’ajouter les nombreux projets en cours : quartier de la gare à Bordeaux, Steel à Saint-Etienne ou Neyrpic à Grenoble. Pour autant il n’est nullement question de transformer l’hôtel particulier de 10 rue de Solférino en lieu de shopping a déjà assuré le nouvel acquéreur. Selon un communiqué diffusé le 19 décembre le groupe a d’ores et a déjà prévu d’y “établir son siège social” après une période de rénovation et des travaux dont la durée est estimée à deux ans et à un coût estimé entre 10 et 15 millions d’euros selon les professionnels du métier.

Communiqué d’Apsys
APSYS ACQUIERT LE SIÈGE HISTORIQUE DU PARTI SOCIALISTE

 

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Laisser un commentaire