Philippe Journo, des réalisations toutes aussi gigantesques

Philippe Journo fait partie de ses nouvelles fortunes françaises. Intarissable et plein de ressources imaginatives, cet entrepreneur a su transformer la pierre en fortune, ce qui explique son ascension parmi les 500 personnes les plus fortunées de France.

Le milieu immobilier, un secteur porteur
A 53 ans, Philipe Journo est à la tête de l’empire COMPAGNIE DE PHALSBOURG, et cela depuis la création de l’enseigne. Ce juif tunisien a choisi  de bâtir son patrimoine dans l’immobilier, et cela après être diplômé de l’Essec. La réussite de Journo, selon ses dires, tire son origine de son éducation à la dure mais aussi de son amour pour sa terre d’accueil. C’est avec cet état d’esprit qu’il conçoit les biens immobiliers mis à sa disposition.
En effet, la COMPAGNIE DE PHALSBOURG se charge de différentes réalisations notamment celle qui se concentre dans la création des centres commerciaux et de différentes places publiques. Il œuvre en périphérie afin d’offrir des endroits charmants et accueillants à des familles modestes. Ainsi, chacun aura la chance de profiter de la qualité et du confort offert par chacune des réalisations de l’enseigne.
Parmi les réalisations du groupe de Philipe Journo, il faut noter l’Atoll à Angers, My Place à Sarcelles ou encore le Waves à Metz. Le politique de l’enseigne est sans aucun doute un excellent rapport qualité/prix accessible à toutes les bourses. Avec sa passion pour les détails et l’envie de satisfaire la clientèle, Philipe Journo n’hésite pas à brader ses concurrents. Selon lui, les autres font de l’argent, si lui Philipe Journo fait de la sociologie. Une manière à cet entrepreneur de mettre en avant sa différence dans ce secteur à la concurrence fait rage entre entrepreneur.

Un entrepreneur au bon cœur
Si le nom de Philipe Journo est connu dans le milieu de l’immobilier commercial, il est aussi une figure incontestée du monde du mécénat culturel, tout en soutenant différentes associations caritatives. En effet, ce PDG du groupe PHALSBOURG finance l’Ecole des beaux-arts de Paris, l’équipe de handball de Metz et d’autres associations philanthropiques. Avec sa femme, il s’engage à verser 20% de ses revenus annuels à ces différents œuvres. Cela répond parfaitement à la politique de l’entreprise dès sa création, notamment le développement durable, l’innovation ou encore la lutte contre la qualité médiocre de l’architecture des villes.
Constituer un patrimoine à l’aide de l’investissement immobilier est devenu un incontournable des communs des mortels. Pourtant on ne devient pas investisseur en locatif d’un bout à l’autre. La réussite de votre placement dépend de votre notion et des sélections que vous ferez pour atteindre vos objectifs. Découvrez des principes simples et des ressources utiles pour mettre toutes les chances de votre côté pour que votre investissement se passe bien et sans encombre, aussi bien sur le court que le long terme.

Apprendre sur le tas ou avec une expérience dans le domaine
Un minimum de préparation est nécessaire avant de se mettre dans l’investissement immobilier. Vous devez avant tout définir vos objectifs et votre stratégie pour les atteindre. Vous devez être capable de définir votre projet sur le long terme en prenant en compte tous les caractères et en sondant les nombreux risques encourus. Ne vous soyez pas contraint de placer sous les discours de certains qui vous obligent de prendre une décision qui ne vous satisfait en aucun cas. Ce qui distingue un bon d’un mauvais investissement tient parfois à peu de choses. Plus vous préparez votre projet et plus vous serez en mesure de limiter les risques.

Rentabilité et perspective d’évolution des prix
Dans cette situation, si vous rêvez malgré tout investir dans l’immobilier, nous vous préconisons de cibler tout simplement les locations qui apportent un excellent rendement. Pensez à bien préférer le bien immobilier sur lequel vous allez investir. Le mieux serait que votre placement vous offre une rente locative suffisante tout en étant à un bon emplacement afin de conserver l’attrait. Il faut parfois plusieurs mois avant de dénicher un bien qui correspond à ces critères. Le tout est de ne pas se précipiter sur n’importe quel type de bien, ni à n’importe quel prix. N’oubliez jamais que c’est toujours lors de la phase d’achat que vous réaliserez les meilleurs coups, jamais lors de la phase de vente.

Bien administrer ses biens en location
Si vous diriger déjà d’autres biens immobiliers, vous savez que la gestion courante d’une location prend du temps et demande diverses démarches régulières. Vous pouvez utiliser les mêmes modèles types et regrouper certaines démarches. En revanche, pour ceux qui veulent se lancer dans leur premier investissement locatif, il va falloir un peu plus de temps pour regrouper toutes les informations utiles et se procurer différents exemples de documents. Vous pouvez également sous-traiter la gestion de vos locations à une société spécialisée. Il vous en coutera une part des loyers perçus. C’est donc un coût qui reste relativement important. Même si ces frais sont déductibles de vos revenus fonciers, ils viendront grever le rendement de votre investissement. Attention également aux tâches réellement réalisées par ces sociétés. Bien souvent, lorsque des problèmes un peu sérieux se présentent, c’est malgré tout au propriétaire de les régler. Avec des rentabilités locatives actuellement très basses à cause des prix très élevés qu’il faut débourser pour s’acheter un logement pour le louer, de nombreux investisseurs préfèrent gérer seul leur bien.

Bien prendre en compte la fiscalité immobilière
Il n’y a pas de réussite dans l’immobilier locatif sans une intégration des conséquences de la fiscalité immobilière. Attention à ce que les taxes et impôts divers ne transforment pas votre investissement en gouffre financier. En effet, sans tenir compte de ce facteur-là, vous pourrez décider d’investir dans des logements qui se révéleront être au final de mauvaises affaires. Des impôts qui réduisent fortement vos gains Lorsque vous touchez des loyers, vous devez payer des impôts dessus. Pour connaître en détail comme cela fonctionne, vous pouvez découvrir comment déclarer ses loyers aux impôts. En fonction du type de bien que vous louez, du montant total de revenus fonciers bruts annuels, etc. vous aurez parfois le choix entre différents modes de déclaration. Vous aurez par exemple à choisir entre le micro-foncier et le régime réel si vos revenus locatifs ne dépassent pas 15 000 €.

Une taxe si vous vendez plus cher que le prix de votre achat
Lors de la vente de votre appartement ou de votre maison, vous devez aussi avoir conscience que si vous accomplir une plus-value, l’Etat ne l’exonérera pas de taxes. Même si des abattements existent en fonction de la durée pendant laquelle vous aurez été propriétaire de ce bien, il faudra attendre 30 ans pour être entièrement exonéré. Des défiscalisations immobilières pour réduire vos impôts grâce à l’immobilier L’immobilier fait partie des secteurs les plus fournis en niche fiscale. Les lois permettant de déduire de ses impôts une partie du coût de son achat de logement neuf se succèdent période après période. Après la loi Robien, la loi Scellier et la loi Duflot, c’est aujourd’hui la loi de défiscalisation Pinel qui est en vigueur. Il existe également d’autres dispositifs fiscaux avantageux pour des investissements plus spécifiques. Vous pouvez recevoir une étude personnalisée pour un investissement défiscalisé.

Des conditions qui évoluent fréquemment
Dans le domaine de la fiscalité immobilière, il y a sans cesse des modifications, des suppressions et de nouveaux dispositifs qui apparaissent. En tant que propriétaire bailleur, vous devrez vous tenir un minimum au courant des modifications importantes. Par exemple, de nombreux investisseurs ont pu profiter du court délai qu’a laissé le gouvernement pour vendre avant la forte réduction des abattements sur les plus-values immobilières fin 2011. Tous ceux qui possédaient un bien depuis plus de 15 ans ont ainsi pu vendre en étant totalement exonéré d’impôt avant qu’il ne soit trop tard. Vous devez donc vous informer régulièrement sur ce type de changements fréquents dans ce domaine pour ajuster votre stratégie d’investissement dans l’immobilier.

Philippe Briand, quand la politique rencontre l’immobilier

Avec son parcours, Philippe Briand n’excelle pas uniquement dans le milieu des affaires mais aussi dans la politique. Cet homme d’affaires français est non seulement un chef d’entreprise des plus acharnés, mais il reste également un homme politique des plus appréciés. De simple universitaire, en promoteur immobilier, pour finir en maire, un parcours qui fait rêver beaucoup de jeunes.

Un début à tout
Classé par le magazine Challenges comme les tops des hommes et femmes les plus riches de France, Philippe Briand est à la tête d’une petite fortune estimée à 170M d’euros. Il était diplômé de l’Institut universitaire de technologie de Tours en techniques de commercialisation, et travaillait comme auditeur à l’institut des hautes études de l’entreprise de Paris. Ce n’est qu’en 1990 qu’il s’est lancé dans le monde des affaires, et fonda le groupe CITYA Immobilier.
Son groupe fait partie des plus connus dans le secteur de l’immobilier en France, et se spécialise particulièrement dans les immobiliers commerciaux. Cela a permis à son directeur de gagner en notoriété, et de faire partie des figures politiques les plus incontournables de France. En effet, si l’immobilier est la profession de notre homme, la politique reste sa passion. Il s’est engagé très tôt sur la scène politique en intégrant la partie politique de l’UMP, pour être élu député d’Indre-et-Loire depuis 1993 jusqu’en 2012. Après avoir présidé le départemental UMP de sa région, il est également élu maire de la ville de Saint-Cyr-sur-Loire en 2014.
Actif dans sa vie politique, Philippe Briand est également un père de famille et un homme d’affaires bien accompli. Grâce à son charisme et à son caractère prêt à relever les défis, il ne cesse de réaliser des prouesses aussi bien dans le secteur de l’immobilier que dans le milieu politique.
Réaliser un patrimoine avec l’investissement immobilier est devenu un incontournable des communs des mortels. Par contre on ne devient pas investisseur en locatif d’un bout à l’autre. Le succès de votre placement résulte de votre notion et des décisions que vous ferez pour atteindre vos objectifs. Découvrez des principes simples et des ressources utiles pour mettre toutes les chances de votre côté pour que votre investissement se passe bien et sans encombre, aussi bien sur le court que le long terme.

L’immobilier, cela s’apprend !
Un minimum de préparation est nécessaire avant de se mettre dans l’investissement immobilier. Vous devez avant tout définir vos objectifs et votre tactique pour y arriver. Vous devez être capable de définir votre projet sur le long terme en prenant en compte tous les éléments et en sondant les innombrables menaces encourus. Ne vous sentez pas obliger de placer sous les propos de certains qui vous obligent de prendre une décision qui ne vous satisfait en aucun cas. Ce qui distingue un bon d’un mauvais investissement tient parfois à peu de choses. Plus vous préparez votre projet et plus vous serez en mesure de limiter les risques.

Rentabilité et perspective d’évolution des prix
Dans cette condition, si vous envisagez malgré tout investir dans l’immobilier, nous vous suggérons de cibler tout simplement les locations qui créent une rentabilité. Pensez à bien sélectionner le bien immobilier sur lequel vous allez investir. Le plus conseillé serait que votre placement vous offre une rente locative importante tout en étant à un bon emplacement dans le but de soutenir l’attrait. Il faut parfois plusieurs mois avant de dénicher un bien qui correspond à ces critères. Le tout est de ne pas se précipiter sur n’importe quel type de bien, ni à n’importe quel prix. N’oubliez jamais que c’est toujours lors de la phase d’achat que vous réaliserez les meilleurs coups, jamais lors de la phase de vente.

Apprendre à administrer ses biens en location
Si vous administrez déjà d’autres biens immobiliers, vous savez que la gestion courante d’une location prend du temps et demande diverses démarches régulières. Vous pouvez utiliser les mêmes modèles types et regrouper certaines démarches. En revanche, pour ceux qui veulent se lancer dans leur premier investissement locatif, il va falloir un peu plus de temps pour regrouper toutes les informations utiles et se procurer différents exemples de documents. Vous pouvez également sous-traiter la gestion de vos locations à une société spécialisée. Il vous en coutera une part des loyers perçus. C’est donc un coût qui reste relativement important. Même si ces frais sont déductibles de vos revenus fonciers, ils viendront grever le rendement de votre investissement. Attention également aux tâches réellement réalisées par ces sociétés. Bien souvent, lorsque des problèmes un peu sérieux se présentent, c’est malgré tout au propriétaire de les régler. Avec des rentabilités locatives actuellement très basses à cause des prix très élevés qu’il faut débourser pour s’acheter un logement pour le louer, de nombreux investisseurs préfèrent gérer seul leur bien.

Bien prendre en compte la fiscalité immobilière
Il n’y a pas de réussite dans l’immobilier locatif sans une intégration des conséquences de la fiscalité immobilière. Attention à ce que les taxes et impôts divers ne transforment pas votre investissement en gouffre financier. En effet, sans tenir compte de ce facteur-là, vous pourrez décider d’investir dans des logements qui se révéleront être au final de mauvaises affaires. Des impôts qui réduisent fortement vos gains Lorsque vous touchez des loyers, vous devez payer des impôts dessus. Pour connaître en détail comme cela fonctionne, vous pouvez découvrir comment déclarer ses loyers aux impôts. En fonction du type de bien que vous louez, du montant total de revenus fonciers bruts annuels, etc. vous aurez parfois le choix entre différents modes de déclaration. Vous aurez par exemple à choisir entre le micro-foncier et le régime réel à condition que vos revenus locatifs ne dépassent pas les 15 000 € annuels.

Une taxe si vous vendez plus cher que le prix de votre achat
Tout au long de la vente de votre appartement ou de votre maison, vous devez également avoir conscience que si vous exécuter une plus-value, l’Etat ne l’exonérera pas de taxes. Même si des abattements existent en fonction de la durée pendant laquelle vous aurez été propriétaire de ce bien, il faudra attendre 30 ans pour être entièrement exonéré. Des défiscalisations immobilières pour réduire vos impôts grâce à l’immobilier L’immobilier fait partie des secteurs les plus fournis en niche fiscale. Les lois permettant de déduire de ses impôts une partie du coût de son achat de logement neuf se succèdent période après période. Après la loi Robien, la loi Scellier et la loi Duflot, c’est aujourd’hui la loi de défiscalisation Pinel qui est en vigueur. Il existe également d’autres dispositifs fiscaux avantageux pour des investissements plus spécifiques. Vous pouvez recevoir une étude personnalisée pour un investissement défiscalisé.

Des conditions qui évoluent fréquemment
Dans le domaine de la fiscalité immobilière, il y a sans cesse des modifications, des suppressions et de nouveaux dispositifs qui apparaissent. En tant que propriétaire bailleur, vous devrez vous tenir un minimum au courant des modifications importantes. Par exemple, de nombreux investisseurs ont pu profiter du court délai qu’a laissé le gouvernement pour vendre avant la forte réduction des abattements sur les plus-values immobilières fin 2011. Tous ceux qui possédaient un bien depuis plus de 15 ans ont ainsi pu vendre en étant totalement exonéré d’impôt avant qu’il ne soit trop tard. Vous devez donc vous informer régulièrement sur ce type de changements fréquents dans ce domaine pour ajuster votre stratégie d’investissement dans l’immobilier.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Patrice Pichet, promoteur de l’innovation et de la qualité

Patrice Pichet a fondé il y a 30 ans de cela le groupe Pichet qui se spécialise dans l’immobilier. Ce groupe unifamilial français est connu aussi bien sur la scène nationale qu’internationale. Au cours de ses années d’existences, il s’est spécialisé dans la construction et l’expertise immobilière, répondant aux attentes de sa clientèle.
Actuellement le groupe compte plus de 1000 collaborateurs, répartis  dans les 7 directions régionales à savoir : Bayonne, Bordeaux, Nantes, Marseille, Lyon et Paris. La création de ces succursales a permis au groupe de rester proche de ses clients, tout en s’assurant de réaliser leur projet au meilleur prix. Comme c’est un promoteur immobilier dans tous les sens du terme, il dispose également un réseau d’agences national. Ainsi, il est beaucoup plus facile d’assurer la promotion d’un bien immobilier dans les meilleures conditions possibles.
Patrice Pichet et son équipe assure donc la construction, la commercialisation et l’administration du bien en question. Certains grands hôtels du pays leur confient également la gestion hôtelière de leur enseigne. Le groupe s’occupe également de l’activité de foncière patrimoniale pour le compte d’entreprises ou de particuliers.
Depuis 1986 jusqu’à ce jour, le groupe a su tirer profit de ses années d’expériences afin de concevoir des projets qui assurent le dynamisme et le développement des villes de demain, mais aussi de garantir un cadre de vie exceptionnel pour les habitants. C’est pour cette raison qu’il s’engage à satisfaire ses clients dans la réalisation de chacun de leur projet. Les solutions proposées assurent la concrétisation et la pérennité de chaque projet.
Et comme Patrice Pichet n’est pas uniquement un promoteur immobilier accompli, il aime également divertir ses activités. Alors, en 2010, cet acteur immobilier a racheté le domaine viticole le Château Les Carmes Haut-Brion, et dès lors, l’exploitation de ce domaine est effectuée sous la direction du groupe Pichet.
Il existe multiples façons d’investir dans l’immobilier,  selon toutes les envies et pour tous les portefeuilles. Chaque type de placement possède des avantages et des désagréments. À vous de choisir celui ou ceux qui sont les plus adaptés à votre situation et à vos besoins. Pour mettre toutes les chances de votre côté de faire un investissement rentable et réussi, il conviendra de s’informer des spécificités du type de placement que vous aurez choisi.

L’achat de la résidence principale
C’est la meilleure solution à laquelle on évoque, un bien qui nous appartient. Plusieurs ménages sont séduits par cette idée, certainement avec les différents bénéfices fiscaux qu’il représente. Par contre ce n’est pas un excellent choix pour tout le monde. Il faut demeurer un certain nombre d’années pour que cela soit bénéfique. Cela ne correspond donc pas à la conjoncture de tout le monde, notamment dans une société où les déménagements pour raison professionnelle ou familiale sont de plus en plus fréquents.

Achat d’un logement ancien et location vide classique
La 2ème solution d’investissement immobilier la plus courante est l’achat d’un logement ancien pour le mettre en location. Vous obtiendrez alors des loyers qui amortiront cet achat. Il est aussi possible de réaliser une plus-value au moment où vous revendrez ce logement dans quelques années si l’évolution des prix de l’immobilier vous a été favorable durant cette période. Aujourd’hui avec des prix immobiliers qui restent élevés, il est difficile d’escompter de manière certaine l’aboutissement d’une plus-value. L’attente doit avant tout d’obtenir une bonne productivité locative de votre investissement. Ce n’est donc pas forcément là que vous trouverez les meilleurs rendements pour votre argent, notamment par rapport à des placements plus sûrs et qui demandent beaucoup moins d’efforts comme une bonne assurance-vie. Néanmoins, l’investissement immobilier locatif garde l’avantage d’être l’un des seuls placements qui peuvent se faire à crédit. Ce qui peut faire pencher votre choix sur ce type de support, surtout en ce moment avec des taux immobiliers très bas.

Concevoir du déficit foncier en rénovant un logement ancien
Pour ceux qui veulent réduire leur niveau d’imposition tout en se constituant un patrimoine immobilier, il est possible d’acheter de vieux logements qui demandent d’importants travaux de rénovation et de remise aux normes. Cela permet ainsi de faire en sorte que les frais liés à cet investissement soient beaucoup plus importants que les loyers perçus pour la location de ce bien. On parle alors d’une création d’un déficit foncier. Il pourra être déduit de vos autres revenus pour réduire vos impôts, soit l’année de la réalisation soit sur les années suivantes. En outre, les biens à vendre avec beaucoup de travaux se vendent plus difficilement. Il sera donc possible de les avoir à un bon prix et de bien négocier. Un investissement intéressant pour ceux qui veulent réduire leur revenu imposable de référence et qui sont de bons bricoleurs ou ont un bon réseau d’artisan pour effectuer les travaux.

Devenir loueur en meublé non professionnel
Après l’investissement d’un bien dit en location vide (ou nue), il est aussi possible de louer une maison meublé. Ce qui signifie que c’est vous en tant que propriétaire bailleur qui allait équiper l’appartement ou la maison de manière suffisante pour qu’une famille puisse y vivre. Ce type d’immobilier locatif possède ses propres spécificités. Un bail de location ne se fait que sur une durée d’un an et son délai de préavis est systématiquement réduit à 1 mois. L’avantage pour l’investisseur avec une location meublée c’est une fiscalité plus attractive que sur une location vide. On parle dans ce cas d’un Louer en Meublé Non Professionnel (LMNP).

Le loueur en Meublé Professionnel
Pour ceux qui veulent généraliser les investissements en location meublée et en générer des revenus importants (minimum de 23 000 € de revenus fonciers de ce type par an), il existe le statut du Loueur en Meublé Professionnel (LMP). Il faut pour cela remplir également d’autres conditions comme le fait que les revenus des logements meublés doivent représenter au moins 50 % des revenus de votre foyer fiscal. L’investisseur devra également s’enregistrer auprès du registre du commerce et des sociétés en qualité de LMP. L’un des avantages de ce statut est que les biens immobiliers loués en meublé font alors partie du patrimoine professionnel et ne sont donc plus comptabilisés dans votre patrimoine en ce qui concerne l’impôt de solidarité sur la fortune, l’ISF.
Mettre en location son parking ou son garage
Pas assez d’argent à placer son argent pour un studio ou u appartement plus grand ? Pas envie de vous embêter avec les différents tracas du propriétaire bailleur ? Privilégiez l’investissement dans des places de parking dans des endroits qui en manquent. Cela peut aussi bien être un box ou un garage. Ce type de biens immobiliers ne demande pas ou très peu d’entretiens et se loue très facilement. Vous pouvez en acheter pour quelques milliers d’euros. Dans certaines villes la rentabilité est assez importante sur les parkings. En plus, c’est un investissement immobilier qui est exonéré d’impôt sur la plus-value si le montant de la vente ne dépasse pas 15 000 €. Cela peut être l’idéal pour commencer doucement pour un premier investissement locatif et la constitution d’un patrimoine immobilier.

Faire de l’investissement en viager
Le viager est un système de transaction immobilière très particulier. Vous achetez un bien en ne payant qu’une soulte puis en versant une rente tous les mois jusqu’à ce que les vendeurs décèdent et que ce bien immobilier vous revient entièrement. Pour le vendeur cela lui permet d’être sûr de pouvoir continuer à habiter son logement tout en percevant une rente mensuelle et une partie de la vente dès la signature. Pour l’acheteur, cela permet de réaliser un investissement immobilier sur du long terme sans savoir quand est-ce que cet appartement ou cette maison sera disponible. La bonne affaire ne pourra se faire qu’en cas de décès prématuré du vendeur par rapport à une espérance de vie. Autrement dit, il faut bien être conscient des spécificités de ce type de vente immobilière.

N’acheter que la nue-propriété d’un bien immobilier
Pour un bien appartement, on différencie deux types de personnes. Il y a l’usufruitier : c’est la personne qui se servir de ce bien à sa convenance, et le nu-propriétaire : c’est l’individu qui est propriétaire de ce bien d’un bien immobilier. Il est le seul à avoir le droit de le vendre, le céder ou le détruire. Une personne ou un ménage s’acquière d’une maison ou un appartement, ils sont donc à la fois nus-propriétaires et usufruitiers. Toutefois, il est également convenable de n’acheter que la nue-propriété d’un bien dans la pierre et de laisser l’usufruit à une autre personne ou un autre ménage. Cela permet d’obtenir un logement à moindres frais. On retrouve souvent cela lors de donations. Par exemple, des parents décident de donner la nue-propriété à leur fils ou à leur fille et de conserver l’usufruit du logement dans lequel ils habitent et dont ils étaient jusqu’alors propriétaires.